Généalogie DUCOS - PONTET
Généalogie de la famille DUCOS - PONTET

La famille du côté d' Amiet DUCOS

Sa grand-mère maternelle : Françoise "Louisa" LALLEMAGNE

Vous êtes ici   :   Les origines des LALLEMAGNE     Françoise "Louisa" LALLEMAGNE     Louise ROSSIGNOL     Amiet DUCOS     Mon père     Moi
Quartier AQuartier BQuartier CQuartier D
Bertrand
DUCOS
Marie
FATIN
Louis
ROSSIGNOL
Louisa
LALLEMAGNE
Jules
GUIBERT
Suzanne
LAROCHE
Julien
PONS
Dorothée
CAREL
Alcide
PONTET
Ma
BOUSCARRUT
Richard
JUFORGUES
Arnaudine
RAYMOND
Jeantil
GOFFRE
Estelle
MONNEREAU
Emile
JUSTE
Alice
ABRIBAT
Charles
DUCOS
Louise
ROSSIGNOL
Charles
GUIBERT
Joséphine
PONS
René
PONTET
Lucienne
JUFORGUES
Henri
GOFFRE
Henriette
JUSTE
Amiet
DUCOS
Marcelle
GUIBERT
Henri
PONTET
Yvette
GOFFRE
Mon père Ma mère
Moi

Se repérer dans l'espace :

Dans le temps :

 

(raconté par Pierre Ducos)

Les jeunes années

Françoise "Louisa" LALLEMAGNE 

 

J’ai connu, sur ses vieux jours, mon arrière-grand-mère Françoise dite Louisa LALLEMAGNE  19 . Elle est née dans la commune d’Arcins, le 30 avril 1861. Mais elle grandit à Moulis, au lieu-dit des Graves, où elle apprend à lire et à écrire.

Louisa lit et parle le français, bien sûr, mais aussi et surtout un autre langage... Il s'agit du patois médocain, qui est une variante de l'occitant gascon. C'est elle qui m’a appris ce langage, car à l'époque dans les foyers, on employait plus le patois que le français pour se comprendre ! Mais l'arrivée de la T.S.F., puis plus tard de la télévision, allait uniformiser le langage et aujourd'hui, seules les personnes âgées savent encore le parler. Des personnes d'âge mûr peuvent le comprendre pour avoir entendu ce parler dans leur enfance, mais les jeunes générations l'ignorent totalement.

 

Sa signature : Signature Françoise Lallemagne

La famille

Louisa a 16 ans quand elle épouse Pierre ROSSIGNOL  18  , que tout le monde appelle "Louis", le 29 novembre 1877 à Moulis. La veille, le jeune couple passe un contrat de mariage chez Maître Théodore DUPUY, notaire à Listrac. Ce contrat stipule que les époux vivent sous le régime de la communauté réduite aux acquêts, leurs biens propres acquis avant leur union étant exclus de ladite communauté.

Les parents de Louisa lui donnent à l'occasion de ce mariage, un lit à bateau en bois de noyer avec ses couches, couvertures et garnitures, une armoire également en bois de noyer, 6 chaises fines, une petite table en noyer, une petite glace, 6 draps de lit, 6 serviettes et 6 essuie-mains. Le notaire estime l'ensemble à 250 Francs. Du côté ROSSIGNOL, on constate que les parents du marié sont un peu moins riches : ils lui offrent 6 draps de lit, 6 serviettes et 6 essuie-mains, le tout d'une valeur de 60 Francs. Ce qui ne tombe pas dans la communauté, les biens propres à chaque époux, sont les habits, les linges, les bijoux et les charues.

 

 

Une fois mariés, Pierre ROSSIGNOL  18 et Louisa LALLEMAGNE  19 s'installent au village de Les Graves, puis celui du Maliney, les deux à Moulis, dans ce relatif confort. Le jeune couple a 4 enfants :

 

Château Chasse-Spleen
Le château Chasse-Spleen, à Moulis

 

Le métier de la vigne

Louisa travaille comme ouvrière agricole à Moulis. Elle avait habité au Château Chasse-Spleen, au Petit-Poujeau. Cette propriété fut bâtie dès 1720 par un grand bourgeois de Bordeaux, M. GRESSIER. Le nom de Chasse-Spleen est choisi en 1863 par Rosa FERRIERE, alors à la tête de l'exploitation, en souvenir d'une déclaration de Lord BYRON. En effet, le célèbre poète romantique britannique, après avoir dégusté ce vin avec M. GRESSIER, aurait dit qu'il n'avait "pas son pareil pour chasser le spleen" !

Louisa habitera ensuite avec sa famille à la « Tamponnette » entre le bourg de Moulis et Bouqueyran.

 

A Libardac

Après la mort de son mari en 1915, Louisa doit supporter, comme toutes les veuves, le lourd poids de la solitude. Elle reste vivre seule à Moulis pendant une bonne vingtaine d'années. Comme il n'y a pas de retraite, il faut continuer de travailler, même après 62 ans ! C'est ce qu'elle fait, toujours dans les vignes du Château Chasse-Spleen.

Mais vers 1936-1938, alors qu'elle atteint ses 75 ans et qu'elle ne peut décemment plus travailler, Louisa décide de déménager pour se rapprocher de sa famille. Elle quitte alors Moulis pour aller habiter chez sa fille Louise ROSSIGNOL  9 , son petit-fils "Amiet" DUCOS 4 , sa bru Marcelle GUIBERT  5 et son arrière petit-fils Pierre  2, à Libardac dans la commune de Listrac. On lui fait dresser un lit dans la salle au rez-de-chaussée de la maison, alors que les autres chambres sont à l'étage. Elle se rend encore utile en gardant la vache de la famille, et en enseignant le patois au petit Pierrot qui n'a que quelques années.

Cette période dure une douzaine d'années. Car c'est là, dans son domicile de Libardac, que Louisa décède à 88 ans, le 9 janvier 1950. Son voisin, le cultivateur Georges ORNON, grand ami d' Amiet et parrain du petit Pierre, ira déclarer son décès à la mairie.

 

La maison du Coous à Libardac
Louisa Lallemagne ép. Rossignol (à gauche), et sa sœur Angèle Lallemagne ép. Chem (à droite) vers 1946

 

 

Sa sœur Angèle, quant à elle, épouse le 20 novembre 1884 à Moulis, le vigneron moulissois Jean CHEM (né à Bordeaux le 16 juin 1862). Le jeune marié n'a jamais connu son père ; il a donc pris le nom de sa mère, Marie CHEM, qui exerce la profession de vachère à Moulis.

Jean et Angèle s’installent à Margaux et ont 2 filles :

Angèle vivra 93 ans avant de s'éteindre à Margaux, le 3 juillet 1959.

 

Vers sa fille        Louise ROSSIGNOL