Généalogie DUCOS - PONTET
Généalogie de la famille DUCOS - PONTET

La famille du côté d'Henri PONTET

Les origines des MEYRE

Vous êtes ici   :   Les origines des MEYRE     Les origines des PONTET     Jean "Alcide" PONTET     René PONTET     Pierre "Henri" PONTET     Ma mère     Moi
Quartier AQuartier BQuartier CQuartier D
Bertrand
DUCOS
Marie
FATIN
Louis
ROSSIGNOL
Louisa
LALLEMAGNE
Jules
GUIBERT
Suzanne
LAROCHE
Julien
PONS
Dorothée
CAREL
Alcide
PONTET
Ma
BOUSCARRUT
Richard
JUFORGUES
Arnaudine
RAYMOND
Jeantil
GOFFRE
Estelle
MONNEREAU
Emile
JUSTE
Alice
ABRIBAT
Charles
DUCOS
Louise
ROSSIGNOL
Charles
GUIBERT
Joséphine
PONS
René
PONTET
Lucienne
JUFORGUES
Henri
GOFFRE
Henriette
JUSTE
Amiet
DUCOS
Marcelle
GUIBERT
Henri
PONTET
Yvette
GOFFRE
Mon père Ma mère
Moi

Dans le temps :

Dans les branches :

 

Carte Bordeaux-LacanauGirondeNous entrons ici dans une histoire familiale assez compliquée, où les différentes familles s’entremêlent dans un périmètre Sainte-Hélène - Lacanau - Listrac.

La paroisse de Sainte-Hélène était auparavant appelée "Sainte-Hélène de Saltu". En latin, Saltus désigne une forêt, un bois, ce qu'on peut traduire par "Sainte-Hélène de la Lande". Cette appellation laisse à penser que la paroisse était à l'origine bien plus pourvue en forêt qu'elle ne l'est aujourd'hui. L'église est ancienne, et a été construite probablement à une époque antérieure à l'arrivée des Anglais en Guyenne.

Il est difficile de vivre de la culture à Sainte-Hélène, au temps où commence notre récit. Le sol est recouvert d'un sable sec et aride ; tout au plus y trouve-t-on de l'argile dont les habitants se servent pour construire leurs chaumières. Les paysans élèvent principalement des moutons, des abeilles, et produisent du seigle et du millet. On y trouve aussi de petits lacs, appelés "lagunes".

Un mot aussi sur le nom MEYRE, que l'on prononce : Meÿre (Mé-i-re). Il existe dans le Médoc des ruisseaux qui débouchent sur l'estuaire de la Gironde. Dans le patois local, on appelle ces ruisseaux des "estey". Il en est un qui prend sa source dans le marais de Sainte-Hélène, puis traverse Castelnau, Avensan, Soussans et Lamarque avant se jeter dans la Gironde. Dans cette dernière étape, ce ruisseau prend le nom d' "estey de Meyre". Est-ce là l'origine du patronyme qui nous intéresse ? Je n'ai pas pour l'instant la réponse à cette question, mais on peut le supposer.

 

Ste-Hélène Lacanau Listrac
Sainte-Hélène, Lacanau, Listrac... (Gironde)

Branche MEYRE

 

Les familles MEYRE et MALEYRAN sont originaires de la commune de Sainte-Hélène. C’est là que, avant 1625, Estienne (ou Estebe) MEYRE  6376 , 12416 , 12476  et  25330 (décédé avant 1656) épouse Marguerite MALEYRAN 6377 , 12417 , 12477  et  25331 (décédée avant 1663).

 

Le fait que Estienne et Marguerite portent plusieurs numéros sosa différents est dû au fait qu'ils se retrouvent à plusieurs endroits dans notre arbre généalogique (voir les explications à la page des implexes).

 

Ils vivent au village des Tronquats, commune de Sainte-Hélène. Ils ont 2 enfants qui nous concernent tous les deux :

 

Pour remonter plus loin...

Les archives en ligne de Ste-Hélène remontent jusqu'à 1692. Je n'aurai pas les actes avant cette date. Pourtant il faudrait y trouver la naissance de François MEYRE le 10 septembre 1634, celui de Jeanne dont je n'ai pas la date.

Il faut noter que les nombreux trous dans les registres de Ste-Hélène, Lacanau, Le Porge et Saumos, rendent difficile, voire impossible de remonter ces branches. Ces registres doivent exister en mairie puisque des généanautes ont trouvé des dates situées dans ces trous. A quand la numérisation INTEGRALE des registres d'Etat Civil en Gironde, où l'on est en retard sur bien d'autres départements ?

 


François devient laboureur aux Tronquats. Puis il rencontre Elizabeth ou Izabeau LAFFITE 31896209 et 6239 , native du village de Sadouillan, également commune de Sainte-Hélène. Izabeau est la fille de Jean de LAFFITE 6378 , 12418 et 12478 (décédé après 1664), et de Agnette MEYNARD 6379 , 12419 et 12479 (décédée après 1660). François et Izabeau se marient en septembre 1656 à Sainte-Hélène. Ils ont 8 enfants dont les 3 premiers nous concernent directement :

Jean "Fachat" 1594 , René 3104 et Jeanne 3119 , les deux frères et la sœur, se retrouvent donc tous les trois dans notre arbre généalogique.

Pour remonter plus loin...

Il faut le mariage de François MEYRE et Isabeau LAFFITE vers 1656 à Ste-Hélène, et celui du même François MEYRE avec Françoise DUCAMIN vers 1664, ce dernier soit à Ste-Hélène, soit à Lacanau. Aussi le décès de François MEYRE le 28 mars 1689 ou 18 octobre 1697, et celui d'Isabeau LAFFITE avant 1688, toujours à Ste-Hélène. Il faut également les naissances de Jean MEYRE en 1658, et de René MEYRE le 6 avril 1663. Toutes ces dates avant 1692, donc pas de registre.

Pour Jean Fachat MEYRE, cette généanaute a trouvé la date de décès au 13 mars 1724 à Ste-Hélène, mais le trou dans le registre m'empêche de vérifier.

Idem pour Izabeau LAFFITE, son décès pourrait être le 18 octobre 1697 à Lacanau, mais trou entre 1694 et 1702 !

Izabeau LAFFITE décède avant 1688, et François MEYRE se remarie cette année-là avec Françoise DUCAMIN (née vers 1642 et décédée le 22 décembre 1702 à Lacanau). Mais François ne profitera pas beaucoup de ce second mariage : il décède un an plus tard le 28 mars 1689 à Sainte-Hélène.

 

Branche BAUDRICQ

Dans la commune voisine de Lacanau vit une autre branche de la famille. Jean dit "Grand Jean" BAUDRICQ  12420 (décédé en 1653) est laboureur dans le village de Mistres à Lacanau. Il épouse avant 1635 Marie GLORY  12421  (native elle aussi de Mistres et décédée vers 1665).

 

Leur fils Jean dit "le Mic" (ou le Mie, ou Jeune) BAUDRICQ  6210 (décédé le 18 février 1676 à Lacanau) est comme papa laboureur à Mistres. Vers novembre 1664, il épouse Françoise DUCAMIN  6211 , sans rapport avec celle citée ci-dessus, veuve du village de Courgas (Saumos) et décédée le 22 décembre 1702 à Lacanau.

 

Le Mic et Françoise ont pour fille Gillette BAUDRICQ  3105 , née en 1665 et décédée à 65 ans le 4 décembre 1730 à Mistres.

Pour remonter plus loin...

François CAMIN ou DUCAMIN est la seconde épouse de François MEYRE (Sosa 3188, 6208 et 6238). Elle n'est pas notre ancêtre car c'est de la première épouse Izabeau LAFFITE que nous sommes issus. Par contre, Jean "Le Mic" BAUDRICQ (Sosa 6210) épouse Françoise DUCAMIN (Sosa 6211) vers 1664 à Lacanau, et celle-ci est notre ancêtre. La question est de savoir si c'est la même personne. Son acte de décès du 22 décembre 1702 dit qu'elle est veuve de François MEYRE, ce qui est normal puisque même si elle était mariée à BAUDRICQ vers 1664, son mariage avec MEYRE en 1688 et plus récent. Mais elle a très bien pu aussi ne jamais être mariée avec BAUDRICQ ! Cet acte de décès ne nous donne donc pas de piste.

Partant de ce qui est connu, il faut trouver le mariage de Jean BAUDRICQ et Françoise DUCAMIN en 1664 (date rafraîchissante) à Lacanau (le lieu n'est pas encore certain). De là, trouver la naissance de Jean BAUDRICQ, vers 1644 ou avant, et le mariage de ses parents. Idem pour la naissance de Françoise DUCAMIN, avant 1646. Bien vérifier que ce n'est pas la même Françoise DUCAMIN qui épousera François MEYRE en 1688.

Trouver aussi la naissance de Gelette BAUDRICQ en 1665, le décès de Jean BAUDRICQ le 18 février 1676, tout à Lacanau.

Mais les registres en ligne de Lacanau ne commencent eux aussi qu'en 1692.

 

Le laboureur René MEYRE  3104 épouse Gillette BAUDRICQ  3105 vers 1684 et ensemble, ils s’installent à Mistres. Ils ont 6 enfants :

René décèdera presque un an après sa femme , le 15 octobre 1731 à Mistres ; il a 68 ans.

 

Leur fils François MEYRE  1552 naît vers 1685, et devient laboureur dans le village de ses parents. Celui-ci rencontre Marie RAYMOND  1553 (née au Porge vers 1684 et décédée le 12 mars 1759 à Mistres), fille de Guillem dit "Mounichon" RAYMOND  3106 (mort vers 1733 au Porge) et de Jeanne BACQUEY  3107 .

Pour remonter plus loin...

Le décès de Guillem RAYMOND en 1733 au Porge tombe dans le trou qui existe entre 1698 et 1737 dans le registre !

Cette paroisse du Porge est d'abord dénommée Saint-Seurin de Buch, d'après un livre du XIIIème siècle rapporté par l'abbé BAUREIN. Elle fait partie du Pays de Buch, ensemble de 17 communes situées autour du Bassin d'Arcachon qui constituent les Landes de Gascogne. Le nom de Buch vient du peuple celtique qui vit dans cette région, les Boïates. Le "pays des boii" (pagus boium en latin) est devenu "païs de Bug" en gascon, et finalement "pays de Buch" en français. Au Moyen-Age, les seigneurs qui règnent sur ce pays portent le titre de "captal de Buch", captal étant un signe de noblesse signifiant chef, capitaine, "à la tête de". Parmi ces familles, on peut citer les de GRAILLY, la famille d' EPERNON, et celle d' AMANIEU DE RUAT.

Les habitants de la côte apportent les corps des défunts dans le cimetière le plus respecté du diocèse, celui de Saint-Seurin-lès-Bordeaux. Mais chaque décès produit les mêmes incovénients car ce transport est long, difficile et onéreux. On décide alors d'établir un cimetière à proximité, sous l'évocation du même saint que celui du lointain cimetière, Saint-Seurin. Et "cimetière" en gascon, se dit "porge" ! On parle alors du Porge-en-Buch.

Mais au début du XVIème siècle, l'église du Porge et son cimetière sont envahis par les sables poussés par le vent du large. Les paroissiens sont contraints de les abandonner pour construire une nouvelle église plus à l'intérieur des terres. Le sol est plat, sablonneux, et marécageux aux abords des étangs. La pêche permet aux Porgeais de prendre des brochets et des anguilles pour se nourir, mais aussi pour les vendre à Bordeaux. Ils exploitent également les pins et labourent les terres, quand elles ne sont pas inondées ! Les principales productions sont le seigle, le millet et la résine.

François MEYRE  1552 épouse Marie RAYMOND  1553 en novembre 1707 au Porge. Une chose amusante mérite d'être citée ici : sur l'acte de mariage de leur fils Guillaume qui suit, le nom de la mère est écrit "Laimond" au lieu de "Raymond". Il s'agit en fait d'une déformation. En effet, les anciens dans le Sud-Ouest avaient l'habitude de rouler les "r" avec la langue, comme pour faire des "l" en rafale ! Ecoutez les chansons de Maurice Chevalier pour vous faire une idée... Le prêtre a donc entendu "LLLaymond" et a écrit le patronyme maternel de cette façon !

Ils ont 9 enfants nés à Mistres :

Leur fils Guillaume MEYRE  776 devient d'abord pasteur (c'est-à-dire berger) dans le village de Mistres, puis plus tard, après son mariage en 1733, il sera laboureur à Sainte-Hélène. Son frère Raymond MEYRE sera d'ailleurs témoin à son mariage. Le père François MEYRE  1552 vit jusqu'à l'âge de 67 ans chez lui à Mistres, avant de quitter ce monde le 25 juillet 1751, après une maladie. Sa femme Marie RAYMOND  1553 lui survit 7 ans, et décède à son tour le 12 mars 1759, à environ 75 ans.

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

Trouver le mariage de René MEYRE et Gelette BAUDRICQ en 1684 à Lacanau, la naissance de leur fils François MEYRE en 1685. Mais les registres de Lacanau commencent en 1692 !

Puis le mariage de François MEYRE et Marie RAYMOND en 1707 au Porge. Mais il y a un grand trou entre 1698 et 1737 ! Je ne peux pas trouver la naissance de Marie RAYMOND en 1684, et le mariage de ses parents Guilhem RAYMOND et Jeanne BACQUEY juste avant, tout au Porge, puisque là aussi les registres en ligne commencent en 1692 !

Cette Généanaute a des choses sur les MEYRE.

Branche GUITTARD

 

Une autre famille de Sainte-Hélène, les GUITTARD, va se joindre à notre histoire. Arnaud dit "Maurin" GUITTARD  6216 et 6396 (décédé avant 1651) est hoste (tenancier d’une hostellerie et marchand) à Sainte-Hélène. Avant 1615, il épouse Marie FOURCAN  6217 et 6397 (décédée avant 1639), et a pour fils Raymond dit aussi "Maurin" GUITTARD  3108 et 3198 (décédé le 10 février 1707).

 

Raymond est également hoste et marchand, comme son père. Vers 1671, il épouse Marguerite POUJAUX   3109 et 3199 (décédée après 1722). Raymond et Marguerite ont 2 enfants qui sont aussi tous deux nos ancêtres :

 

Pour remonter plus loin...

Comment dire une nouvelle fois que les trous dans les registres de Ste-Hélène m'empêchent de trouver le mariage de Raymond GUITTARD et Marguerite POUJAUX vers 1671, les naissances de Jean GUITTARD le 29 septembre 1683, et de Jeanne Marguerite GUITTARD vers 1680, ainsi que les décès de Marguerite GUITTARD le 24 décembre 1758

Branche MARTIN

 

Les MARTIN sont originaires de Listrac. Dans cette branche, l'individu le plus ancien connu se prénomme Pey, qui est la forme occitane du prénom Pierre. Pey, qui porte aussi le joli surnom de "Peillouret" MARTIN  6220 , et sa femme Marie RAYMOND  6221 (née vers 1628 et décédée le 4 février 1720 à Listrac) ont pour fils Jacques MARTIN  3110 qui naît et vit au village de Barbat à Listrac, sous vos applaudissements.

 

Jacques épouse Marie LOUBANEY  3111 (née vers 1659 et décédée avant 1714). Ils ont pour fille Françoise MARTIN  1555 , qui naît vers 1681 à Barbat et qui décèdera le 9 avril 1753 à Sainte-Hélène).

 

"Jeantille Maurin" GUITTARD  1554  se marie avec Françoise MARTIN  1555  en février 1710, et les tourtereaux se mettent en ménage dans le bourg de Sainte-Hélène. Ils ont pour fille Marguerite GUITTARD  777 (née en 1710 et décédée le 24 décembre 1758 à Sainte-Hélène).

 

Le laboureur Guillaume MEYRE  776 épouse Marguerite GUITTARD  777 le 14 avril 1733 à Sainte-Hélène. Ils s'installent au bourg de la ville, où le frère de Marguerite, Jean dit Maurin GUITTARD, tient une auberge. Le jeune couple a au moins ces 4 enfants ci-dessous :

 

Guillaume MEYRE  776 décède le 14 octobre 1756 à Sainte-Hélène. Ca va, jusque là vous suivez ?!!

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

Françoise MARTIN étant née à Listrac, chercher son mariage avec Jean GUITTARD avant 1710 à Listrac. Si pas de trace, c'est à Ste-Hélène qu'il faut chercher. Mais les AD33 n'ont pas le registre de Listrac-Médoc entre 1703 et 1736.

Aussi à Ste-Hélène, trouver la naissance de Marguerite GUITTARD vers 1710, et le décès de Jean GUITTARD le 6 août 1733, et celui de Françoise MARTIN le 9 avril 1753. Enfin, le décès de Guillaume le 14 octobre 1756, celui de Marguerite GUITTARD le 24 décembre 1758, et la naissance d'Etienne MEYRE vers 1738, tout ceci à Ste-Hélène.

Mais problème : le registre de Ste-Hélène ne met en ligne que les périodes 1692-1696, puis 1737-1739, puis l'année 1748 seule, et enfin 1766-1792. Tous ces manques m'empêchent d'aller plus avant dans la recherche ! J'ai trouvé la naissance de 2 soeurs d'Etienne MEYRE en 1737 et 1738, et celle d'un de ses frères en 1748, mais pas la sienne... Je n'ai pas non plus le décès de Guillaume MEYRE le 14 octobre 1756.

Branche CONSTANTIN

 

On trouve dans notre histoire 2 branches CONSTANTIN différentes ; la première se relie à la branche MEYRE, la seconde à la famille LACOURTY, ces deux branches se rapportant ensuite à la famille PONTET.

Pour la seconde branche CONSTANTIN, vous pouvez vous reporter à la page Les origines des CONSTANTIN. La première famille CONSTANTIN, que nous allons étudier ici, semble être originaire de Soussans mais la dynastie prendra vite ses quartiers dans la commune de Salaunes.

 

 

Premier de cordée de cette dynastie, Raymond CONSTANTIN  6224 est né vers 1590 à Soussans. Il rencontre Jeanne SEGUIN  6225 , native de Salaunes, qu’il épouse avant 1625. Ils vivront quelque temps à Soussans, où naît leur fils Jean dit "Mignon" CONSTANTIN  3112  le 22 octobre 1630.

 

Mais Raymond et Jeanne viendront finalement s’installer à Salaunes, au lieu-dit La Gravette, ce qui scellera pour longtemps l’implantation de la famille dans cette commune. "Mignon" y devient laboureur. Raymond décèdera à seulement 55 ans, le 24 octobre 1645 à Salaunes.

Pour remonter plus loin...

Les registres en ligne de Soussans ne commencent qu'en 1692. Toutes les dates à y trouver sont antérieures. Qu'en est-il en mairie ?

 

C'est aussi à Salaunes que vivent les familles ORNON et LA FONT. Je parle ici de ces 2 familles car elles sont étroitement liées. Ce double lien se produit le 4 novembre 1635 dans l'église de Salaunes, dans laquelle 2 couples se disent "oui" pour la vie : il s'agit de Bernard ORNON  6226  avec Jeanne de LA FON  6227  (née vers 1610, et décédée le 20 octobre 1685, tout à Salaunes) d'un côté, et de Pierre de LA FON avec Françoise ORNON de l'autre. L'acte de mariage ne mentionne pas le nom des parents, mais il s'agit évidemment d'un frère et d'une soeur qui épousent respectivement une soeur et un frère de l'autre famille.

 

Une remarque sur la façon dont les patronymes sont écrits sur l'acte. La famille de Bernard et Françoise est notée ARNON (les 2 fois), alors que dans tous les actes qui suivront, ce sera bien ORNON. Quant à celle de Pierre et Jeanne, elle est écrite de LA FON, en 2 mots avec une particule. Là encore, les actes suivants donneront une orthographe plus simple en LAFON.

 

Bernard ORNON  6226 et Jeanne LAFON  6227 s'installent à leur tour à Salaunes, et ils auront une fille, Marie ORNON  3113  , née le 5 janvier 1642.

 

Jeanne LAFON  6227 devient marraine de 2 de ses petits-enfants, l'aînée Jeanne CONSTANTIN et le François de 1671. Elle décède à environ 75 ans, le 20 octobre 1685 à Salaunes.

 

Pour remonter plus loin...

A Salaunes, je ne trouve pas le mariage de Bernard ORNON et Jeanne LAFON en 1635, ni la naissance de Marie ORNON le 5 janvier 1642, ni d'aucuns de ses frères et soeurs. Ces données m'ont été transmises par Paulette Seguin ; le registre couvre bien cette période mais j'ai beau m'user les yeux dessus de 1631 à 1645, je ne trouve rien... Il y a d'autres familles ORNON qui font des enfants, mais pas eux. Il faudrait pourtant confirmer que les dates sont correctes car si c'est le cas, Marie ORNON serait mariée à 12 ans ! A mon avis, il y a un loup quelque part.

 

En juin 1654, Mignon épouse Marie ORNON  3113 . Le 1er de ce mois de juin, ils passent un contrat de mariage devant le notaire royal de Salaunes Maître DELOUT ; malheureusement, j'ai beaucoup de difficultés à déchiffrer cet acte, et je n'en peux pas tirer grand'chose... Ils ont 8 enfants nés à La Gravette, à Salaunes :

 

Mais vers 1690, Mignon tombe malade, alors âgé de 60 ans. Sentant que la mort pourrait le surprendre très prochainement, il fait un testament devant le notaire de Salaunes venu chez lui à son chevet pour l'occasion, le 7 août 1690. Il nomme son épouse Marie ORNON  3113 comme exécutrice testamentaire, pour partager tous ses biens meubles et immeubles par parts égales entre ses 8 enfants. Parmi les biens se trouvent des animaux : 550 brebis et moutons, une ânesse, des boeufs et un cheval. Mignon vend de temps en temps une partie de ses moutons à des marchands (dont un de Bordeaux) pour en tirer un bénéfice direct. Non content d'être éleveur, il est aussi propriétaire terrien et rentier, car il possède des titres de propriété. Si la liste de ces titres, dans le testament, ne donne ni la surface, ni les lieux, ni la nature des ces pièces, on compte 9 contrats d'achat, 13 quittances, et divers autres papiers. S'en suit une liste impressionnante de 16 personnes qui lui doivent chacune, à titre de rente, une certaine partie de leurs récoltes sur ses terres, en blé et en seigle. Mignon joue également un rôle de banquier, car il prête de l'argent ; la liste des prêts en cours est consignée dans le testament. S'il est simplement désigné "laboureur" dans les registres paroissiaux, on constate qu'il a cependant un niveau de vie plutôt confortable, et ce testament lui permet de transmettre ces sources de revenu à sa descendance.

Trois ans et demi plus tard, Mignon décède chez lui en plein hiver le 22 janvier 1694, à l'âge de 63 ans, après une très longue maladie. Quant à Marie ORNON  3113 , elle perdra la vie à 64 ans le 12 décembre 1706 à Salaunes également.

Pour remonter plus loin...

Je ne trouve pas le mariage de Jean CONSTANTIN et Marie ORNON en 1654 ; comme par un fait exprès, le registre en ligne passe de 1649 à 1655 ! On s'étonne après qu'il y ait tant de théories du complot sur Internet !

 

A quelques kilomètres de là, dans la paroisse de St-Laurent, un couple de laboureurs oeuvre avec implication sur cette terre médocaine. Il s'agit de Pierre RENOM  3114 , né vers 1641 et laboureur au village de BoueySt-Laurent), et sa femme Jeanne (DU)VIGNAU  3115 (née vers 1642 à St-Laurent et décédée le 28 décembre 1710 à Salaunes). Le père de Jeanne se nomme Arnaud, mais leur patronyme est tantôt appelé DEVIGNAU, tantôt VIGNAU simplement. Toujours est-il que ce couple se dit "oui" devant le curé de l'église de St-Laurent-Médoc le 21 mai 1684.

 

Ils ont pour fille Françoise RENOM  1557 qui voit le jour à St-Laurent le 6 août 1686, au lieu-dit Cartujacq où la famille s'est installée. C'est avec elle que Persillon, qui exerce lui aussi la profession de laboureur, se marie le 10 janvier 1702 à Salaunes.

Pierre RENOM  3114 meurt le 28 février 1701, à environ 60 ans. Sa pauvre épouse Jeanne DUVIGNAU  3115 le suivra 10 ans plus tard : âgée de 68 ans et malade, elle se trouve alors chez son gendre François "Persillon" CONSTANTIN  1556 à Salaunes. C'est là qu'elle rend son dernier souffle le 28 décembre 1710.

Pour remonter plus loin...

A St-Laurent, en recherchant les naissances des f & s de Pierre RENOM et Jeanne DUVIGNAU vers 1670, je trouve des RENOM mais pas de DUVIGNEAU. Mais je ne trouve pas la naissance de Pierre RENOM vers 1641.

 

Persillon et Françoise s'installent à Salaunes, et ont 6 enfants :

Persillon décède le 1er décembre 1754 à l'âge de 72 ans, et Françoise le 31 janvier 1758 au même âge que son mari, tous les deux à Salaunes. Pierre opte pour le changement et devient laboureur et pasteur, où donc ? A Salaunes, bien sûr !

( suite )

Pour remonter plus loin...

Ce généanaute a trouvé des choses sur les CONSTANTIN.

 

Branche NAULEAU

La famille NAULEAU est originaire de la commune de Sainte-Hélène. On trouve parfois le nom écrit NOLEU dans certains actes.

 

C’est en tout cas dans cette commune que vivent René NAULEAU  6232 et sa femme Agne PETIT  6233 . Leur fils, Raymond NAULEAU  3116 , né vers 1645 et décédé en 1705, devient laboureur.

 

 

 

 

 

Branche PAGAN

Dans le village voisin de Castelnau, François PAGAN 3190 et  6234 , et Jehanne LALANDE 6235 ,  se marient le 11 juin 1649. Leur fille Jeanne PAGAN  3117 naît à Sainte-Hélène, vers 1650 et décède le 22 janvier 1694.

Mais après le décès de son épouse, François se remarie à une date que je n'ai pas encore. De ce second mariage avec Marguerite FERRON 3191 , il a une seconde fille également nommée Jeanne PAGAN  1595  , née vers 1659 ou le 29 août 1670, que nous découvrirons dans les Origines des CONSTANTIN, au paragraphe JANNIN. Car effectivement, les 2 demi-soeurs sont nos ancêtres directes ! C'est la raison pour laquelle leur père François porte 2 numéros Sosa.

 

Raymond NAULEAU  3116 épouse l'aînée Jeanne PAGAN  3117 . De cette union naîtront 2 enfants :

Jeanne PAGAN  3117 porte le très joli surnom de "Mouniche" ! Malheureusement, elle va connaître une vie bien courte. Elle a environ 41 ans quand elle trouve la mort, le 22 janvier 1694 au bourg de Sainte-Hélène. L'hiver est très froid cette année-là et amène son lot de maladies, car dans le registre, son acte de décès est entouré d'une multitude d'autres décès de personnes pourtant peu âgées (autour de 40 ans).

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

Le décès de Jean PAGAN le 31 janvier 1720 à Brach ne peut pas être trouvé, car le registre de Brach prend bien l'année 1720, mais seulement à partir du mois de mars !

A Ste-Hélène, chercher la naissance de Raymond NAULEAU vers 1645, la naissance de Jeanne PAGAN vers 1650, et leur mariage vers 1669. Pas en ligne.

Trouver le décès de Raymond NAULEAU le père le 18 mai 1705. Pas en ligne.

Ce généanaute a trouvé le décès de Raymond Michaud NAULEAU le 9 juin 1936, mais le registre en ligne de Ste-Hélène ne permet pas de vérifier...

Pour éclaircir une fois pour toutes le sac de noeuds Jeanne PAGAN, trouver leurs naissances vers 1650, vers 1659 et le 29 août 1670. Pas en ligne.

Branche BERNARD

 

La famille BERNARD est également originaire de la commune de Sainte-Hélène. Jean BERNARD  12472 est né vers 1605, dans le petit village de Taussac à Sainte-Hélène. Sa femme Jeanne GREAU  12473 , native du même lieu, lui donne un fils, François BERNARD  6236 qui voit le jour le 30 avril 1633 à Taussac.

 

François devient laboureur dans le village de son enfance, et épouse Marguerite JEANNIN  6237 , native du village de Méjos à Lacanau, fille de Guillaume JEANNIN  12474 et de Jeanne BON  12475  .

 

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène, trouver la naissance de François BERNARD le 30 avril 1633, et chercher le mariage de ses parents. Chercher aussi son mariage avec Marguerite JANNIN vers 1653, et la naissance de Pierre BERNARD le 27 avril 1658. Pas en ligne.

 

François BERNARD  6236 et Marguerite JEANNIN  6237 ont pour fils Pierre dit "Loumeu" BERNARD  3118 qui naît le 27 avril 1658 à Taussac.

 

Loumeu devient laboureur, d’abord à Taussac. Vers 1683, il épouse Jeanne MEYRE  3119 , fille de nos amis François MEYRE 3188 , 6208  et  6238  et d’ Izabeau LAFFITE  3189 , 6209 et 6239 que l'on retrouve ici. L’ascendance de ces implexes est décrite dans le paragraphe sur les MEYRE, en haut de cette page.

 


Loumeu et Jeanne s’installent à Sadouillan, toujours commune de Sainte-Hélène, où Loumeu travaille désormais. Ils auront 2 enfants :

 

Loumeu décèdera chez lui le 17 novembre 1724 à 66 ans, et Jeanne le 6 octobre 1729 à 64 ans.

Pour remonter plus loin...

Toujours à Ste-Hélène, trouver le mariage de Pierre BERNARD et Jeanne MEYRE vers 1683. Pas en ligne.

Selon cette généanaute, Raymond Le Méa BERNARD serait né le 17 avril 1690 à Ste-Hélène. Mais pas en ligne avant 1692.

 

En février 1702, le laboureur Raymond dit "Michaud" NAULEAU  1558 et Jeanne BERNARD  1559 se marient à Sainte-Hélène. Ils auront pour fille Jeanne NAULEAU  779 , née le 30 janvier 1715. La mère Jeanne BERNARD décèdera jeune le 9 octobre 1718 à Sadouillan. Elle n'avait que 33 ans ! Elle laisse sa fille orpheline à 3 ans seulement...

 

Le 16 novembre 1734, à Sainte-Hélène, Pierre CONSTANTIN  778 dit Michot épouse Jeanne NAULEAU  779 . On sait d'après leur acte de mariage qu'ils ont fait auparavant un contrat de mariage devant Maître JAUTARD, notaire à Castelnau, le 28 octobre 1734.

Mais le couple reviendra vivre d'abord à Sainte-Hélène, puis à Salaunes, où naîtront leurs 4 filles :

 

 

Pour remonter plus loin...

Les frères et soeurs de Jeanne NOLEAU sont nés entre 1702 (mariage de leurs parents) et 1720, ce qui se trouve dans le trou des registres en ligne de Ste-Hélène...

J'ai trouvé un acte de naissance de Jeanne-Hélène CONSTANTIN, née le 4 octobre 1737 à Ste-Hélène. Ses parents : François CONSTANTIN et Pétronille NAULEAU. Les frère et soeurs de nos Pierre CONSTANTIN et Jeanne NAULEAU ? A vérifier.

Sur l'acte de mariage de sa fille Françoise, on remarque que Pierre CONSTANTIN  778 sait parfaitement signer son nom.

 

La signature de Pierre CONSTANTIN : Signature Pierre Constantin

 

Mais il meurt près de 6 mois seulement après cette union, à 44 ans le 6 juin 1758. Sa femme Jeanne NAULEAU restera veuve 24 ans avant de disparaître à son tour le 19 juin 1782, à Salaunes, à l'âge de 67 ans.

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène encore, le mariage de Raymond NAULEAU et Jeanne BERNARD le 5 janvier 1702. Ce satané registre de Ste-Hélène est plein de trous : on n'a rien entre 1696 et 1737 ! A quand la mise en ligne des périodes manquantes ?

Trouver aussi le décès de Pierre CONSTANTIN le 6 juin 1758 à Ste-Hélène. Pas en ligne...

Demander aux AD le contrat de mariage de Pierre CONSTANTIN et Jeanne NAULEAU le 28 octobre 1734 à Castelnau (étude de Me JAUTARD), pour en savoir un peu plus sur leur niveau de vie.

J'ai cherché les frères et soeurs de Marie CONSTANTIN entre 1737 et 1739 (puisque...) à Ste-Hélène. Il manque tous les autres ! Cette généanaute a trouvé des choses.

 

Le 16 février 1762, Etienne MEYRE  388 le laboureur se marie avec Marie CONSTANTIN  389 à Salaunes. Il a alors 24 ans, et elle 21.

Ce mariage a pu avoir lieu grâce à une dispense du 4ème degré de consanguinité entre les époux (l'arrière-grand'père du marié, René MEYRE  3104 , était le frère de l'arrière-grand'mère de la mariée, Jeanne MEYRE  3119 ). Les parents d' Etienne étaient malheureusement décédés avant son mariage, et c'est Raymond GUITTARD, sans doute l'oncle du marié, qui était son curateur.

L'entourage des jeunes gens est plutôt select : parmi les témoins, on trouve Jean CAUDERAN, qui est un bourgeois habitant Bordeaux, Jean DUBROCA, autre habitant bordelais, et des membres de la famille comme le père du marié, qui savent tous signer.

 

 

La signature d'Etienne MEYRE père (388) : Signature Pierre Pelette

 

Le jeune couple revient cependant s'installer dans le bourg de Sainte-Hélène. Ils ont pas moins de 10 enfants :

A la naissance de son dernier fils en 1784, on remarque que Etienne MEYRE  388 est toujours laboureur, mais qu'il est aussi cabaretier au bourg de Sainte-Hélène. Pour arrondir ses fins de mois, quoi de mieux qu'ouvrir un bar dans le Médoc !

Marie CONSTANTIN  389 décèdera à 67 ans le 22 octobre 1808, et Etienne père le 28 février 1827, à 89 ans, tous deux dans leur maison au bourg de Sainte-Hélène.

( suite )

 

Branche BACQUEY

Nous commençons la branche BACQUEY par... Raymond HOSTEN  3126 ! Eh, oui, c'est le plus ancien ancêtre trouvé de cette branche, qui va bientôt se lier à celle des BACQUEY. Mais les registres de Ste-Hélène sont tellement lacunaires sur le site des AD33 que je ne peux malheureusement pas remonter cette branche méthodiquement. Notre Raymond HOSTEN  3126 est né vers 1619, dans une paroisse que je ne parviens pas à déchiffrer sur son acte de mariage, mais qui peut être Pauillac. Il se marie avec Françoise HUGON  3127 , une fille de Pauillac, justement, et où donc ? A Saint-Laurent-Médoc ! Le patronyme HUGON, qui est celui de la jeune fille, est écrit EYGON, ou AYGON, ce qui laisse supposer une prononciation différente de celle dont on a l'habitude. C'est le 27 février 1685 que les jeunes gens s'épousent, et c'est dans cette paroisse, au village de Corconac, que le laboureur et sa femme élèvent leurs 3 enfants :

Raymond HOSTEN  3126 décède le 27 janvier 1693 à Cartujac, autre village de Saint-Laurent-Médoc ; il a 74 ans environ à sa mort. Je ne sais pas s'il a déménagé, ou bien s'il est décédé chez un ami, hors de chez lui.

Sa fille Catherine HOSTEN  1563 épouse François BOSQ  1562 le 2 juin 1711 à Brach. C'est le jeune marié qui est originaire de cette paroisse de Brach. En même temps qu'ils unissent leurs vies, Guillem HOSTEN (frère de Catherine) et Peyronne BOSQ (soeur de François) se marient également dans l'église de Brach !

Le couple qui nous concerne, François BOSQ  1562 et Catherine HOSTEN  1563 , a pour fille Françoise BOSQ  781 qui voit le jour le 20 septembre 1715, à Brach.

 

 

La branche BACQUEY proprement dite est originaire de la paroisse de St-Jean-d'Illac, mais va très vite partir vivre à 36 kilomètres au nord, à Brach. Notez que l’on prononce : Bacqueÿ (bac-é-i), ce patronyme venant de " vacher ". D'ailleurs dans les actes les plus anciens, on peut lire ce nom écrit "VAQUAY", et parfois même "BACCAY" !

Jean BACQUEY  780 est donc né à St-Jean-d'Illac, et pour des raisons inconnues, il est parti s'installer à Brach où il est laboureur. Est-ce là qu'il a rencontré sa future épouse ? Car une jeune fille native de cette paroisse de Brach, Françoise BOSQ  781 , y vit avec sa famille. Il y a d'ailleurs plusieurs familles BOSQ qui vivent à Brach. C'est ainsi que les jeunes amoureux se marient le 9 octobre 1736 dans l'église de Brach. Jean BACQUEY  780 a 2 particularités. La première est de savoir écrire, ce qui est plutôt rare pour un laboureur au début du XVIIIème siècle ! Ci-dessous la signature qu'il appose sous les actes de naissance de ses enfants, "Baquey perre (père)".

 

Sa signature : Signature Jean BACQUEY

 

La seconde particularité est un surnom qui lui ont donné sa famille et ses amis, et qui lui va comme un gant : on l'appelle Le Père ! C'est justement en cette qualité qu'il a (au moins) 8 enfants dont des jumeaux :

 

 

Toute la famille vit donc à Brach, dans le lieu-dit Les Carras. Cette précision est apportée par l'acte de naissance de Jean en 1741, mais je ne la trouve ni sur la carte actuelle, ni sur celle de Cassini... Par contre, il existe un lieu de Brach appelé... Le Père ! Est-ce une pure coïncidence, ou serait-ce dû à notre lointain ancêtre ?

Carte Bordeaux-LacanauUne note sur le registre paroissial de Brach mérite une petite pause dans notre récit. Le 24 octobre 1745, le curé de la paroisse, DAVID, écrit qu'il a fait assigner "jean baquey dit père laboureur qui refusoit de porter a la cure la dixme du millet et des mongettes, [...] Il s’est moqué de moy, cet un insolent." Il semble d'après les écrits du prêtre que Jean BACQUEY  780 ait refusé de lui payer la dîme, cet impôt sur les récoltes prélevé par l'Eglise. Rien n'est dit sur la cause de ce refus, mais sous l'ancien Régime, tout paysan se doit de payer la dîme. Le Père cultive donc du millet, céréale dont on fait de la farine pour le pain, et des mongettes, c'est-à-dire des haricots. On sait bien que la dîme sur les céréales rend certains agriculteurs mécontents, car elle les prive de la paille nécessaire pour la litière de leurs animaux de ferme, ainsi que du fumier dont ils ont besoin comme engrais. Est-ce le cas pour notre ancêtre ? En tout cas, dans sa querelle avec DAVID, il tente d'entraîner d'autres paysans à se révolter contre le curé, mais s'il trouve des soutiens dans son propre clan, l'ensemble des paroissiens ne goûte guère à cette révolution avant l'heure. Dans son pamphlet, le prêtre écrit : "Mes sallisseurs auront la bonté de se souvenir que toute cette rale de baquey dits rays sont tout des brouillons" ! Au final, l'Eglise a le dernier mot : Le Père est obligé de de payer l'impôt ainsi que l'assignation, et le prêtre l'oblige même à le faire dans l'église en présence de toute la paroisse ! Si l'esprit de révolte, peut-etre simplement poussée par la faim, frémit déjà dans les chaumières, le temps de la Révolution n'est pas encore arrivé...

 

Mais cette histoire n'altère pourtant pas la dévotion et l'engagement religieux de Jean BACQUEY  780 et de son épouse. Il faut dire aussi que le curé de la paroisse a changé ; DAVID est certainement mort quelques années après, car il est remplacé d'abord par le prêtre DELOUT, puis par BERNON. Ce changement de "tête" ramène sans doute notre ancêtre dans le giron de l'Eglise, car Jean Le Père et Françoise s'engagent alors dans la Confrérie du Saint-Sacrement. Cette confrérie, créée à l'origine en 1630 par des moines capucins, met à l'honneur l'Eucharistie, sacrement central de la vie religieuse où l'on distribue aux chrétiens le pain et le vin car ils sont le corps et le sang du Christ. Son rôle est de favoriser la charité, d'imiter les vertus de Jésus-Christ, de faire montre d'une dévotion sans faille, mais aussi de condamner les mauvaises moeurs, de combattre les blasphémateurs et les protestants, les libertins, etc... Si les différentes sources s'accordent à dire que cette compagnie fut dissoute par Louis XIV en 1666, force est de constater que dans certaines paroisses, elle a survécu jusqu'à la fin du XVIIIème siècle ! Car non seulement notre couple en fait partie, mais Jean en est le syndic !

Françoise BOSQ  781 , la femme de Jean BACQUEY  780 , a 67 ans quand elle décède dans sa maison de Brach, le 15 juillet 1783. Quand à lui, c'est le 9 janvier 1788 qu'il s'éteint, à l'âge de 72 ans. A leurs enterrements respectifs, tous les confrères de la frérie du Saint-Sacrement sont là pour leur dire un dernier au-revoir. Le rebelle n'aura jamais connu la Révolution Française !

Pour remonter plus loin...

Les recherches à Brach peuvent remonter jusqu'en 1614, mais il y a un trou entre 1748 et 1757. Il faut trouver la naissance de Jean BACCAY à St-Jean d'Illac, vers 1716. Il y a un trou dans le registre entre 1712 et 1737.

Dans les actes de naissance des enfants de Jean "Le père" BACQUEY, des parrains et témoins sont cités comme oncles, c'est-à-dire frères de leur père ledit Jean BAQUEY. Il s'agit de Guillaume et Jean BAQUEY. Dans son acte de mariage, on voit qu'il a aussi comme cousins germains Jean et Bernard BAQUEY. Je cherche donc parmi les nombreuses naissances de BAQUEY à St-Jean d'Illac quelle famille a pour fils Jean et Guillaume, et quelle autre famille a pour fils Jean et Bernard. J'ai compté 8 familles diférentes à cette époque à St-Jean d'Illac ! Malheureusement, le trou entre 1712 et 1737 m'empêche de valider mon raisonnement, et je ne trouve pas toutes les pièces du puzzle ! Dommage... Je ne pourrais pas remonter plus haut, mais on peut être sûr que les BAQUEY sont originaires de cette paroisse.

Dans son acte de mariage, le nom des parents des époux n'est pas précisé, mais un des témoins est "Guillaume HOSTENS, oncle de l'épouse", ce qui nous donne le nom de sa mère ! Dans les nombreuses familles BOSQ habitant Brach au début du XVIIIème siècle, il n'y en a qu'une qui coche la case : les parents de Françoise BOSQ sont François BOSQ et Catherine HOSTENS. J'ai donc cherché la naissance de François BOSQ, mais il y a un gros trou dans ce registre entre 1637 et 1692, et je ne le trouve pas au-delà de 1693. Pour Catherine HOSTENS, sachant que son père s'appelle Raymond et son frère Guilhem, j'ai trouvé sa naissance à St-Laurent, et le mariage de ses parents Raymond HOSTEN et Françoise Hugon en 1685. Elle vient de Pauillac où il n'existe pas de registre pour cette époque, mais j'ai du mal à déchiffrer sa paroisse d'origine à lui.

L'assignation faite par le curé de Brach à Jean BAQUEY dit Père se trouve à cette page.

 

A Sainte-Hélène, c'est un autre couple de laboureurs qui coule des jours heureux dans le lieu-dit La Ruade. Il s'agit de Pierre HOSTENS  782 , né vers 1726, et Marie FRANCOIS  783 . Eux aussi ont des enfants, bien sûr, dont les 4 qui suivent :

 

Pierre HOSTENS  782 décède à environ 70 ans, le 2 août 1796. Sa femme est morte avant lui, mais je ne trouve pas son acte de décès.

 

 

 

Guillaume BACQUEY  390 grandit à Brach ou comme beaucoup, il est pasteur, c'est-à-dire berger. Il a fallu qu'un jour, notre jumeau se rende à Sainte-Hélène pour rencontrer Margueritte HOSTEN  391 , et que Cupidon décoche deux flèches atteignant promptement leurs cibles... Pardon, je m'emporte... Les amoureux se promettent une longue vie ensemble devant le curé de Sainte-Hélène le 29 janvier 1782. Un peu avant le même jour, ils passent un contrat de mariage devant le notaire MARTIN. Puis ils s'installent chez les parents de la jeune fille, à La Ruade, où ils sont laboureurs. Ils ont 7 enfants :

 

 

Suivant les actes, on se rend compte que pour une famille de laboureurs du XVIIIème siècle dans le Médoc, nos BACQUEY ont une certaine instruction car ils savent presque tous signer leurs noms sur les registres. Malheureusement, la vie joue un bien mauvais tour à cette famille, car Guillaume BACQUEY  390 décède le 22 mars 1803, dans sa maison de La Ruade, deux ans seulement après la naissance de sa dernière fille ! Il n'a même pas atteint sa 46ème année. Marguerite HOSTEN  391 , elle, vit jusqu'à l'âge de 67 ans avant de s'éteindre le 30 mai 1822.

 

La signature de Jean BACQUEY (780) : Signature Jean BACQUEY

 

La signature de Guillaume BACQUEY (390) : Signature Guillaume BACQUEY

 

Devenu adulte, Etienne MEYRE  194 dit "Papé" s'installe près de chez ses parents, au coeur de Sainte-Hélène. Le 3 frimaire de l’an XII (25 novembre 1803), à Lacanau, il épouse Marie BACQUEY  195 .

Papé MEYRE  194 et Marie BACQUEY  195 s'installent à Sainte-Hélène au lieu-dit La Ruade, parfois écrit en un seul mot Larruade dans les actes, et ont 7 enfants :

 

Si Etienne MEYRE  388 savait signer et écrire, on constate qu'il n'en est pas de même pour son fils Etienne MEYRE  194 dit "Papé", qui déclare ne pas savoir signer les actes de naissance de ses enfants. Sa chère épouse Marie BACQUEY  195 disparaît le 25 novembre 1841 au domicile familial de La Ruade, à 67 ans. Quant à Papé, c'est le 20 avril 1856 que sa vie se termine, alors qu'il atteint ses 82 ans.

Pour remonter plus loin...

Côté HOSTEN, chercher la naissance de Marguerite HOSTEN à Ste-Hélène vers 1755, fille de Pierre HOSTEIN et Marie FRANCOIS. Le site Mariage33 donne leur mariage le 3 février 1756 à Ste-Hélène. Les registres de Ste-Hélène ont l'année 1748 isolée, puis reprennent en 1766... Bien sûr je ne l'ai pas trouvée, mais j'ai quelques uns de ses frères et soeurs. Marie FRANCOIS est décédée entre 1787 et 1796 mais je ne l'ai pas trouvée. Il y en a bien une en 1793, mais elle a 25 ans à son décès...

C'est donc leur fille, Marie MEYRE  97 ,  qui se marie avec Pierre PONTET  96  en 1830 (voir Les origines des PONTET).

 

 

N.B. Un grand merci à Paulette SEGUIN et à Jean-Pierre SARRAZIN pour nos différents échanges.

 

Suite de l'histoire : vers        Les origines des PONTET