Généalogie de la famille DUCOS - PONTET

La famille du côté d'Henri PONTET

Les origines des MEYRE - BAUDRICQ - GUITTARD - CONSTANTIN - NAULEAU

 

 

Vous êtes ici   :   Les origines des MEYRE     Les origines des PONTET     Jean "Alcide" PONTET     René PONTET     Pierre "Henri" PONTET     Ma mère     Moi

Carte Bordeaux-LacanauGirondeNous entrons ici dans une histoire familiale assez compliquée, où les différentes familles s’entremêlent dans un périmètre Sainte-Hélène - Lacanau - Listrac.

La paroisse de Sainte-Hélène était auparavant appelée "Sainte-Hélène de Saltu". En latin, Saltus désigne une forêt, un bois, ce qu'on peut traduire par "Sainte-Hélène de la Lande". Cette appellation laisse à penser que la paroisse était à l'origine bien plus pourvue en forêt qu'elle ne l'est aujourd'hui. L'église est ancienne, et a été construite probablement à une époque antérieure à l'arrivée des Anglais en Guyenne.

Il était difficile de vivre de la culture à Sainte-Hélène, au temps où commence notre récit. Le sol est recouvert d'un sable sec et aride ; tout au plus y trouve-t-on de l'argile dont les habitants se servent pour construire leurs chaumières. Les paysans élèvent principalement des moutons, des abeilles, et produisent du seigle et du millet. On y trouve aussi de petits lacs, appelés "lagunes".

Un mot aussi sur le nom MEYRE, que l'on prononce : Meÿre (Mé-i-re). Il existe dans le Médoc des ruisseaux qui débouchent sur l'estuaire de la Gironde. Dans le patois local, on appelle ces ruisseaux des "estey". Il en est un qui prend sa source dans le marais de Sainte-Hélène, puis traverse Castelnau, Avensan, Soussans et Lamarque avant se jeter dans la Gironde. Dans cette dernière étape, ce ruisseau prend le nom d' "estey de Meyre". Est-ce là l'origine du patronyme qui nous intéresse ? Je n'ai pas pour l'instant la réponse à cette question, mais on peut le supposer.

 

Ste-Hélène Lacanau Listrac
Sainte-Hélène, Lacanau, Listrac... (Gironde)

 

Branche MEYRE

 

Les familles MEYRE et MALEYRAN sont originaires de la commune de Sainte-Hélène. C’est là que, avant 1625, Estienne (ou Estebe) MEYRE  6376 , 12416 , 12476  et  25330 (décédé avant 1656) épouse Marguerite MALEYRAN 6377 , 12417 , 12477  et  25331 (décédée avant 1663).

Le fait que Estienne et Marguerite portent plusieurs numéros sosa différents est dû au fait qu'ils se retrouvent à plusieurs endroits dans notre arbre généalogique (voir les explications à la page des implexes ).

Ils vivent au village des Tronquats, commune de Sainte-Hélène. Ils ont 2 enfants qui nous concernent tous les deux :

Pour remonter plus loin...

Les archives de Ste-Hélène remontent jusqu'à 1593. Il faudrait y trouver la naissance de François MEYRE le 10 septembre 1634, celui de Jeanne dont je n'ai pas la date, et si possible le mariage de leurs parents.

 


François devient laboureur aux Tronquats. Puis il rencontre Elizabeth ou Izabeau LAFFITE 31896209 et 6239 , native du village de Sadouillan, également commune de Sainte-Hélène. Izabeau est la fille de Jean de LAFFITE 6378 , 12418 et 12478 (décédé après 1664), et de Agnette MEYNARD 6379 , 12419 et 12479 (décédée après 1660). François et Izabeau se marient en septembre 1656 à Sainte-Hélène. Ils ont 8 enfants dont les 3 premiers nous concernent directement :

Jean, René et Jeanne, les 2 frères et la sœur, se retrouvent donc tous les trois dans notre arbre généalogique.

Pour remonter plus loin...

Il faut le mariage de François MEYRE et Isabeau LAFFITE vers 1656 à Ste-Hélène, et celui du même François MEYRE avec Françoise DUCAMIN vers 1664, ce dernier soit à Ste-Hélène, soit à Lacanau. Aussi le décès de François MEYRE le 28 mars 1689, et celui d'Isabeau LAFFITE avant 1688, toujours à Ste-Hélène.

Peut-on trouver le mariage de Jean LAFFITE et Agnette MEYNARD, vers 1638 ou avant, et celui des parents DUCAMIN ?

Il faut également les naissances de Jean MEYRE en 1658, et de René MEYRE le 6 avril 1663.

Izabeau LAFFITE décède avant 1688, et François MEYRE se remarie cette année-là avec Françoise DUCAMIN (née vers 1642 et décédée le 22 décembre 1702 à Lacanau). Mais François ne profitera pas beaucoup de ce second mariage : il décède un an plus tard le 28 mars 1689 à Sainte-Hélène.

 

Branche BAUDRICQ

 

Dans la commune voisine de Lacanau vit une autre branche de la famille. Jean dit "Grand Jean" BAUDRICQ  12420 (décédé en 1653) est laboureur dans le village de Mistres à Lacanau. Il épouse avant 1635 Marie GLORY  12421  (native elle aussi de Mistres et décédée vers 1665).

 

Leur fils Jean dit "le Mic" (ou le Mie, ou Jeune) BAUDRICQ  6210 (décédé le 18 février 1676 à Lacanau) est comme papa laboureur à Mistres. Vers novembre 1664, il épouse Françoise DUCAMIN  6211 , sans rapport avec celle citée ci-dessus, veuve du village de Courgas (Saumos) et décédée le 22 décembre 1702 à Lacanau.

 

Le Mic et Françoise ont pour fille Gelette BAUDRICQ  3105 , née en 1665 et décédée le 4 décembre 1730 à Mistres.

Pour remonter plus loin...

Partant de ce qui est connu, il faut trouver le mariage de Jean BAUDRICQ et Françoise DUCAMIN en 1664 (date rafraîchissante) à Lacanau (le lieu n'est pas encore certain). De là, trouver la naissance de Jean BAUDRICQ, vers 1644 ou avant, et le mariage de ses parents.

Idem pour la naissance de Françoise DUCAMIN, avant 1646. Bien vérifier que ce n'est pas la même Françoise DUCAMIN qui épousera François MEYRE en 1688.

Trouver aussi la naissance de Gelette BAUDRICQ en 1665, le décès de Jean BAUDRICQ le 18 février 1676, et celui de Françoise DUCAMIN le 22 décembre 1702, tout à Lacanau.

 

René MEYRE  3104 épouse Gelette BAUDRICQ  3105 vers 1684 et ensemble, ils s’installent à Mistres.

 

Leur fils François MEYRE  1552 naît vers 1685, et devient laboureur dans le village de ses parents. Celui-ci rencontre Marie RAYMOND  1553 (née au Porge vers 1684 et décédée le 12 mars 1759 à Mistres), fille de Guillem dit "Mounichon" RAYMOND  3106 (mort vers 1733 au Porge) et de Jeanne BACQUEY  3107 .

 

François MEYRE  1552 épouse Marie RAYMOND  1553 en novembre 1707 au Porge. Une chose amusante mérite d'être citée ici : sur l'acte de mariage de leur fils Guillaume qui suit, le nom de la mère est écrit "Laimond" au lieu de "Raymond". Il s'agit en fait d'une déformation. En effet, les anciens dans le Sud-Ouest avaient l'habitude de rouler les "r" avec la langue, comme pour faire des "l" en rafale ! Ecoutez les chansons de Maurice Chevalier pour vous faire une idée... Le prêtre a donc entendu "LLLaymond" et a écrit le patronyme maternel de cette façon !

 

Ils ont pour fils Guillaume MEYRE  776 , né le 25 décembre 1710 à Lacanau et décédé le 14 octobre 1756 à Sainte-Hélène. Celui-ci devient d'abord pasteur (c'est-à-dire berger) dans le village de Mistres, puis plus tard, après son mariage, il sera laboureur à Sainte-Hélène. Son frère Raymond MEYRE sera témoin à son mariage.

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

Trouver le mariage de René MEYRE et Gelette BAUDRICQ en 1684 à Lacanau, la naissance de leur fils François MEYRE en 1685, le décès de René MEYRE le 15 octobre 1731, et celui de Gelette BAUDRICQ le 4 décembre 1730.

Puis le mariage de François MEYRE et Marie RAYMOND en 1707 au Porge. Là, trouver la naissance de Marie RAYMOND en 1684, et le mariage de ses parents Guilhem RAYMOND et Jeanne BACQUEY juste avant, tout au Porge.

A Lacanau, trouver la naissance de Guillaume MEYRE le 25 décembre 1710, le décès de François MEYRE le 25 juillet 1751 et celui de Marie RAYMOND le 12 mars 1759.

Branche GUITTARD

 

Une autre famille de Sainte-Hélène, les GUITTARD, va se joindre à notre histoire. Arnaud dit "Maurin" GUITTARD  6216 et 6396 (décédé avant 1651) est hoste (tenancier d’une hostellerie et marchand) à Sainte-Hélène. Avant 1615, il épouse Marie FOURCAN  6217 et 6397 (décédée avant 1639), et a pour fils Raymond dit aussi "Maurin" GUITTARD  3108 et 3198 (décédé le 10 février 1707).

 

Raymond est également hoste et marchand, comme son père. Vers 1671, il épouse Marguerite POUJAUX   3109 et 3199 (décédée après 1722). Raymond et Marguerite ont 2 enfants qui sont aussi tous deux nos ancêtres :

 

 

Pour remonter plus loin...

A trouver le mariage de Raymond GUITTARD et Marguerite POUJAUX vers 1671 à Ste-Hélène. Essayer de trouver leurs naissances vers 1653.

Puis les naissances de Jean GUITTARD le 29 septembre 1683, et de Jeanne Marguerite GUITTARD vers 1680.

Branche MARTIN

 

Les MARTIN sont originaires de Listrac. Dans cette branche, l'individu le plus ancien connu se prénomme Pey, qui est la forme occitane du prénom Pierre. Pey, qui porte aussi le joli surnom de "Peillouret" MARTIN  6220 , et sa femme Marie RAYMOND  6221 (née vers 1628 et décédée le 4 février 1720 à Listrac) ont pour fils Jacques MARTIN  3110 qui naît et vit au village de Barbat à Listrac, sous vos applaudissements.

 

Jacques épouse Marie LOUBANEY  3111 (née vers 1659 et décédée avant 1714). Ils ont pour fille Françoise MARTIN  1555 , qui naît vers 1681 à Barbat et qui décèdera le 9 avril 1753 à Sainte-Hélène).

 

"Jeantille Maurin" GUITTARD  1554  se marie avec Françoise MARTIN  1555  en février 1710, et les tourtereaux se mettent en ménage dans le bourg de Sainte-Hélène. Ils ont pour fille Marguerite GUITTARD  777 (née en 1710 et décédée le 24 décembre 1758 à Sainte-Hélène).

 

Guillaume MEYRE  776 épouse Marguerite GUITTARD  777 le 14 avril 1733 à Sainte-Hélène. Ils ont pour fils Etienne MEYRE  388 (né vers 1738), qui, une fois en âge de travailler, deviendra laboureur à Sainte-Hélène. Ca va, jusque là vous suivez ?!!

 

( suite )

 

Pour remonter plus loin...

Françoise MARTIN étant née à Listrac, chercher son mariage avec Jean GUITTARD avant 1710 à Listrac. Si pas de trace, c'est à Ste-Hélène qu'il faut chercher.

Aussi à Ste-Hélène, trouver la naissance de Marguerite GUITTARD vers 1710, et le décès de Jean GUITTARD le 6 août 1733, et celui de Françoise MARTIN le 9 avril 1753.

Enfin, le décès de Guillaume le 14 octobre 1756, celui de Marguerite GUITTARD le 24 décembre 1758, et la naissance d'Etienne MEYRE vers 1738, tout ceci à Ste-Hélène.

Branche CONSTANTIN

 

On trouve dans notre histoire 2 branches CONSTANTIN différentes ; la première se relie à la branche MEYRE, la seconde à la famille LACOURTY, ces deux branches se rapportant ensuite à la famille PONTET.

La première famille CONSTANTIN semble être originaire de Soussans mais la dynastie prendra vite ses quartiers dans la commune de Salaunes.

 

Premier de cordée de cette dynastie, Raymond CONSTANTIN  6224 est né vers 1590 à Soussans. Il rencontre Jeanne SEGUIN  6225 , native de Salaunes, qu’il épouse avant 1625. Ils vivront quelque temps à Soussans, où naît leur fils Jean dit "Mignon" CONSTANTIN  3112  le 22 octobre 1630.

Mais Raymond et Jeanne viendront finalement s’installer à Salaunes, au lieu-dit La Gravette, ce qui scellera pour longtemps l’implantation de la famille dans cette commune. "Mignon" y devient laboureur. Raymond décèdera à seulement 55 ans, le 24 octobre 1645 à Salaunes.

Pour remonter plus loin...

Jusqu'où vont les archives de Soussans ? A vérifier. 1590 me paraît un peu ancien...

A Soussans ou à Salaunes (je pense plus sûrement à Soussans), chercher le mariage de Raymond CONSTANTIN et Jeanne SEGUIN, avant 1630. Puis la naissance de Jean CONSTANTIN le 22 octobre 1630, à Soussans.

A Salaunes, le décès de Raymond CONSTANTIN le 24 octobre 1645.

 

En juin 1654, Mignon épouse Marie ORNON  3113  (née le 5 janvier 1642 à Salaunes), fille de Bernard ORNON  6226 , 6288 , et de Jeanne LAFON  6227 , 6289  (née vers 1610, mariée le 4 novembre 1635 et décédée le 20 octobre 1685, tout à Salaunes). Ils ont pour enfants :

 

Mignon décèdera chez lui le 10 août 1690 ou le 22 janvier 1694, à l'âge de 60 ans. Quant à Marie ORNON  3113 , elle perdra la vie à 64 ans le 12 décembre 1706 à Salaunes également.

Pour remonter plus loin...

A Salaunes, trouver le mariage de Bernard ORNON et Jeanne LAFON en 1635, la naissance de Marie ORNON le 5 janvier 1642, et son mariage avec Jean CONSTANTIN en 1654. Puis le décès de Jean CONSTANTIN le 10 août 1690 ou 22 janvier 1694.

 

Persillon exerce lui aussi la profession de laboureur. Le 10 janvier 1702, il se marie avec Françoise RENOM  1557  à Salaunes. Françoise est née quant à elle, à St-Laurent le 6 août 1686, au lieu-dit Cartujacq.

 

Son père Pierre RENOM  3114 est laboureur à Bouey (commune de St-Laurent), et sa mère se nomme Jeanne (DU)VIGNAU  3115 (née vers 1642 à St-Laurent et décédée le 28 décembre 1710 à Salaunes).

Pour remonter plus loin...

A Salaunes également, trouver le décès de François CONSTANTIN le 1er décembre 1754

 

Persillon et Françoise s'installent à Salaunes, et ont 6 enfants :

. Persillon décède le 1er décembre 1754 à l'âge de 72 ans, et Françoise le 31 janvier 1758 au même âge que son mari, tous les deux à Salaunes. Pierre opte pour le changement et devient laboureur et pasteur, où donc ? A Salaunes, bien sûr !

( suite )

 

L’histoire de la seconde famille CONSTANTIN est retracée dans Les Origines des CONSTANTIN.

 

Branche NAULEAU

La famille NAULEAU est originaire de la commune de Sainte-Hélène. On trouve parfois le nom écrit NOLEU dans certains actes.

C’est en tout cas dans cette commune que vivent René NAULEAU  6232 et sa femme Agne PETIT  6233 . Leur fils, Raymond NAULEAU  3116 , né vers 1645 et décédé en 1705, devient laboureur.

 

 

 

 

Dans le village voisin de Castelnau, François PAGAN 3190 et  6234 , et Jehanne LALANDE 6235 ,  se marient le 11 juin 1649. Leur fille Jeanne PAGAN  3117 naît à Sainte-Hélène, vers 1650 et décède le 22 janvier 1694.

Mais pour une raison encore indéterminée, François se remarie ; sa première épouse est sans doute morte. De ce second mariage avec Marguerite FERRON 3191 , il a une seconde fille également nommée Jeanne PAGAN  1595  , née vers 1659 ou le 29 août 1670, que nous découvrirons dans les Origines des CONSTANTIN, au paragraphe JANNIN. Car effectivement, les 2 demi-soeurs sont nos ancêtres directs !

 

Raymond NAULEAU  3116 épouse l'aînée Jeanne PAGAN  3117 . De cette union naîtront 2 enfants :

 

( suite )

 

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène, chercher la naissance de Raymond NAULEAU vers 1645, la naissance de Jeanne PAGAN vers 1650, et leur mariage vers 1669.

Trouver le décès de Jeanne PAGAN le 22 janvier 1694 et celui de Raymond NAULEAU le père le 18 mai 1705.

Pour éclaircir une fois pour toutes le sac de noeuds Jeanne PAGAN, trouver leurs naissances vers 1650, vers 1659 et le 29 août 1670.

Branche BERNARD

 

La famille BERNARD est également originaire de la commune de Sainte-Hélène. Jean BERNARD  12472 est né vers 1605, dans le petit village de Taussac à Sainte-Hélène. Sa femme Jeanne GREAU  12473 , native du même lieu, lui donne un fils, François BERNARD  6236 qui voit le jour le 30 avril 1633 à Taussac.

 

François devient laboureur dans le village de son enfance, et épouse Marguerite JEANNIN  6237 , native du village de Méjos à Lacanau, fille de Guillaume JEANNIN  12474 et de Jeanne BON  12475  .

 

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène, trouver la naissance de François BERNARD le 30 avril 1633, et chercher le mariage de ses parents. Chercher aussi son mariage avec Marguerite JANNIN vers 1653, et la naissance de Pierre BERNARD le 27 avril 1658.

 

François BERNARD  6236 et Marguerite JEANNIN  6237 ont pour fils Pierre dit "Loumeu" BERNARD  3118 qui naît le 27 avril 1658 à Taussac.

 

Loumeu devient laboureur, d’abord à Taussac. Vers 1683, il épouse Jeanne MEYRE  3119 , fille de nos amis François MEYRE 3188 , 6208  et  6238  et d’ Izabeau LAFFITE  3189 , 6209 et 6239 que l'on retrouve ici. L’ascendance de ces implexes est décrite dans le paragraphe sur les MEYRE, en haut de cette page.

 


Loumeu et Jeanne s’installent à Sadouillan, toujours commune de Sainte-Hélène, où Loumeu travaille désormais. Ils auront 2 enfants :

 

Loumeu décèdera chez lui le 17 novembre 1724 à 66 ans, et Jeanne le 6 octobre 1729 à 64 ans.

Pour remonter plus loin...

Toujours à Ste-Hélène, trouver le mariage de Pierre BERNARD et Jeanne MEYRE vers 1683.

 

En février 1702, le laboureur Raymond dit "Michaud" NAULEAU  1558 et Jeanne BERNARD  1559 se marient à Sainte-Hélène. Ils auront pour fille Jeanne NAULEAU  779 , née le 30 janvier 1715. La mère Jeanne BERNARD décèdera jeune le 9 octobre 1718 à Sadouillan. Elle n'avait que 33 ans ! Elle laisse sa fille orpheline à 3 ans seulement...

 

Le 16 novembre 1734, à Sainte-Hélène, Pierre CONSTANTIN  778 épouse Jeanne NAULEAU  779 . On sait d'après leur acte de mariage qu'ils ont fait auparavant un contrat de mariage devant Maître JAUTARD, notaire à Castelnau, le 28 octobre 1734. Mais le couple reviendra vivre à Salaunes, où naîtront leurs filles :

 

 

Sur l'acte de mariage de sa fille Françoise, on remarque que Pierre CONSTANTIN  778 sait parfaitement signer son nom.

 

La signature de Pierre CONSTANTIN : Signature Pierre Constantin

 

Mais il meurt près de 6 mois seulement après cette union, à 44 ans le 6 juin 1758. Sa femme Jeanne NAULEAU restera veuve 24 ans avant de disparaître à son tour le 19 juin 1782, à Salaunes, à l'âge de 67 ans.

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène encore, le mariage de Raymond NAULEAU et Jeanne BERNARD le 5 janvier 1702.

Trouver aussi le décès de Pierre CONSTANTIN le 6 juin 1758 à Salaunes.

Demander aux AD le contrat de mariage de Pierre CONSTANTIN et Jeanne NAULEAU le 28 octobre 1734 à Castelnau (étude de Me JAUTARD), pour en savoir un peu plus sur leur niveau de vie.

A Salaunes, trouver le mariage de Marie CONSTANTIN avec Etienne MEYRE le 16 février 1762.

 

Le 16 février 1762, Etienne MEYRE  388 se marie avec Marie CONSTANTIN  389 à Salaunes. Il a alors 24 ans, et elle 21.

Ce mariage a pu avoir lieu grâce à une dispense du 4ème degré de consanguinité entre les époux (l'arrière-grand'père du marié, René MEYRE  3104 , était le frère de l'arrière-grand'mère de la mariée, Jeanne MEYRE  3119 ). Les parents d' Etienne étaient malheureusement décédés avant son mariage, et c'est Raymond GUITTARD, sans doute l'oncle du marié, qui était son curateur.

L'entourage des jeunes gens est plutôt select : parmi les témoins, on trouve Jean CAUDERAN, qui est un bourgeois habitant Bordeaux, Jean DUBROCA, autre habitant bordelais, et des membres de la famille comme le père du marié, qui savent tous signer.

 

La signature d'Etienne MEYRE père (388) : Signature Pierre Pelette

 

Le jeune couple revient cependant s'installer dans le bourg de Sainte-Hélène. Ils ont pour fils Etienne MEYRE  194 dit "Papé", est né vers 1769. Marie décèdera à 67 ans le 22 octobre 1808, et Etienne père le 28 février 1827, à 89 ans, tous deux à Sainte-Hélène.

 

Devenu adulte, Papé s'installe près de chez ses parents, au coeur de Sainte-Hélène. Le 3 frimaire de l’an XII (25 novembre 1803), à Lacanau, il épouse Marie BACQUEY  195 , née vers 1780 à Sainte-Hélène, fille de Guillaume BACQUEY  390 et de Margueritte HOSTEN  391 .

Etienne MEYRE  194 et Marie BACQUEY  195 ont une fille, Marie MEYRE  97 (née le 2 décembre 1806 à Sainte-Hélène).

Notons que l’on prononce : Bacqueÿ (bac-é-i), ce patronyme venant de " vacher ".

Pour remonter plus loin...

Retour à Ste-Hélène pour trouver la naissance d'Etienne MEYRE vers 1769 (pas trouvé, les archives en lignes E DEPOT 4826GG22 sont parfois illisibles car trop claires), celle de Marie BACQUEY vers 1780 (pas trouvé dans E DEPOT 4821GG17 ni dans 4827GG23), le décès de Marie CONSTANTIN le 22 octobre 1808 (pas en ligne après la Révolution), celui d'Etienne MEYRE le 28 février 1827, et enfin la naissance de Marie MEYRE le 2 décembre 1806.

C'est donc cette Marie MEYRE  97  qui se marie avec Pierre PONTET  96  en 1830 (voir Les origines des PONTET).

 

 

N.B. Un grand merci à Paulette SEGUIN et à Jean-Pierre SARRAZIN pour certains de ces précieux renseignements.

 

Compléments d'origine : Vers Les origines des CONSTANTIN.

Suite de l'histoire : Vers Les origines des PONTET.