Généalogie de la famille DUCOS - PONTET

La famille du côté d'Henri PONTET

Les origines des LACOURTY - ORNON - BRACHET - CASSY - MALEYRAN

 

 

Vous êtes ici   :   Les origines des LACOURTY     Les origines des PONTET     Jean "Alcide" PONTET     René PONTET     Pierre "Henri" PONTET     Ma mère     Moi

 

Carte Bordeaux-LacanauGirondeLes LACOURTY sont originaires de Lacanau. Le nom de la paroisse Saint-Vincent de Lacanau ("Sanctus Vincentius de Canali") est dérivé du mot canal ou chenal. En effet, les eaux de pluie ne s'écoulaient pas naturellement, bloquées par les dunes de sable, et avaient tendance à inonder régulièrement la paroisse. Elles sont d'ailleurs la cause de la création des étangs situés le long de la façade Atlantique. Pour pallier à ces multiples inondations, qui eurent aussi lieu dans un passé plus lointain, les hommes de l'époque ont sans doute réalisé un canal pour aider l'eau à s'écouler jusqu'à l'océan. Ce canal donna ensuite son nom à la paroisse.

Mais les inondations ont continué. Selon le tome 3 des "Variétés bordelaises" (écrit en 1784) de l'abbé Jacques BAUREIN, vers 1764, l'ancienne église s'est même retrouvée sous l'eau, il a fallu en construire une nouvelle ! Au village de Thalaris, les habitants ont tellement été inondés par les eaux de l'étang, qu'ils ont dû se résoudre à quitter leurs terres pour s'installer plus au sec dans un autre village de la paroisse.

 

De terres inondées en sols marécageux, les Canaulais (habitants de Lacanau) ont changé leur mode de subsistance ; de cultivateurs, ils ont fait pousser des pins sur le territoire sablonneux situé entre la mer et l'étang, et sont devenus résiniers. Ces pins servent à fixer les dunes et à empêcher leur mobilité. Les habitants vivent aussi de pêche dans les étangs, et vendent les brochets et anguilles à Bordeaux.

Entre les étangs et les dunes se trouve un territoire, appelé la "Ledde", où pousse une herbe assez fine. Incultivable et inhabitable, ce terrain n'est dédié qu'au pâturage. C'est pourquoi dans cette commune se trouvent des lieux-dits appelés Courtiou, qui signifie « parc à moutons ». Nos ancêtres les plus lointains devaient garder des moutons, et porter un nom qui ressemble à Courtiou. De là, le patronyme évolue en Courthie, Courty, et Lacourty.

 

Saignée de pinJean de COURTHIE ou LACOURTY  3136  (décédé après 1697) vit à Lacanau, et a un fils Guillem LACOURTY  1568 . Guillem devient résinier (ou gemmeur) dans la forêt de pins de Lacanau : il pratique des saignées dans les pins (cares) et récolte la résine qui s’en écoule dans des pots de résine fixés aux arbres. La situation financière des résiniers sous l’Ancien Régime est très précaire : le contrat draconien qui les lie aux propriétaires leur laisse à peine de quoi subsister.

 

 

 

 

 

 

 

 

( suite )

 

De leur côté, à Carcans, en 1656, Jean SAUX  6276  (né en 1622 et décédé le 31 janvier 1672) épouse Anne CONTE  6277  (née en 1630 et décédée le 20 mars 1672). Ils ont pour fils Jean SAUX  3138  .

Pour remonter plus loin...

A Carcans, il faut trouver les actes de naissance de Jean SAUX vers 1622, d'Anne CONTE vers 1630, leur mariage vers 1656, la naissance de leur fils Jean SAUX peu de temps après, le décès de Jean SAUX le père le 31 janvier 1672, et celui de Anne CONTE le 20 mars 1672.

Mais aux Archives Départementales, les registres de Carcans démarrent en 1692, et ne sont en ligne qu'à partir de 1715, avec un "trou" compris entre 1739 et 1751.

 

Le Haut-Médoc
Le Haut-Médoc

 

Jean MESTRE  6278  , fils de Pey MESTRE  12556  et de Marie DUBOSCQ  12557  , épouse Marie PERRAUT  6279 (née en 1637 et décédée le 22 janvier 1693), fille de Pierre PERRAUT  12558  et de Marie LESCOUTRA  12559  . Jean et Marie ont pour fille Marguerite MESTRE  3139  (née le 22 juillet 1664 et décédée le 20 mars 1738, tout à Carcans).

 

Jean SAUX  3138  devient résinier comme beaucoup de ses congénères de Carcans. Il se marie avec une jeune demoiselle née aux alentours de 1662, Marguerite MESTRE  3139 , et ensemble ils ont une fille, Marie SAUX  1569  (née en 1681 et décédée le 26 octobre 1745 à Carcans).

 

Pour remonter plus loin...

A Carcans, il faut trouver les actes de naissance de Marie PERRAUT vers 1637, son mariage avec Jean MESTRE avant 1664, la naissance de Marguerite MESTRE le 22 juillet 1664 et le décès de Marie PERRAUT le 22 janvier 1693.

Trouver aussi le mariage de Marguerite MESTRE avec Jean SAUX avant 1681, la naissance de Marie SAUX en 1681.

Marguerite MESTRE  3139 , devenue veuve, coule des jours paisibles dans son domicile de Carcans jusqu'à son propre décès survenu le 20 mars 1738, âgée d'environ 76 ans.

Carcans
Carcans - La Grand'rue, route de Castelnau

 

Vers 1700, Guillem LACOURTY  1568  épouse Marie SAUX  1569 . Ils ont au moins 3 enfants :

 

 

Mais après la mort de Guillaume, Marie se remariera le 16 juin 1733 avec André CAPLONG.

Pour remonter plus loin...

A Carcans, il faut trouver le mariage de Guillem LACOURTY et Marie SAUX, dans une nébuleuse allant de 1685 à 1730, et la naissance de leur fils Jean LACOURTY après le mariage, aux environs de 1707.

J'ai par contre trouvé la naissance d'un Arnaud LACOURTY, fils de Guillem LACOURTI laboureur et de Marie SAUTS, né le 5 septembre 1726 à Carcans (Registre 1715-1727 p147). Est-ce un frère de notre Jean LACOURTY 784 ? Car pour sa naissance à lui, notre ancêtre, le registre de 1692 à 1750 n'est pas en ligne.

 

Carcans
Carcans - L'Eglise (Photo : Christophe DUCOS)

 

Jean LACOURTY  784 s'installe au bourg de Carcans, où il est résinier. Il se marie une première fois (je n'ai pas le nom de sa première femme), mais perd son épouse. Le 13 septembre 1734, il épouse en secondes noces Marie MAILLET  785  (née le 11 mars 1715), fille de Jean MAILLET  1570  (décédé le 29 avril 1720) et de Bernadine MEYNIEU  1571 . Marie a pour frangines Marguerite et Jeanne MAILLET.

Pour remonter plus loin...

A Carcans toujours, il faut trouver le mariage de Jean MAILLET et Bernardine MEYNIEU avant 1715, et la naissance de Marie MAILLET le 11 mars 1715.

Le contrat de mariage entre Jean LACOURTY et Marie MAILLET, établi le 10 mai 1734, est assez difficile à déchiffrer. Si je lis bien, la contribution de Jean consiste en un "corps et manches de cadis d’aignan rouge, un coutillon de layette blanche, un tablier d’étamine" et une toile. La mère de la jeune mariée lui fournit 6 linceuls (draps), 2 serviettes, 2 nappes, 3 essuie-mains, 2 assiettes et 2 plats d'étain. L'ensemble de ces biens a été estimé à 80 livres pour l'enregistrement chez le notaire royal.

Jean et Marie ont au moins 2 enfants tous deux nés à Carcans :

Jean LACOURTY  392 perpétue la tradition familiale en exerçant la profession de résinier, également à Carcans.

Son père Jean LACOURTY  784  décède à 55 ans le 17 décembre 1762, est il est inhumé à l'église Saint-Martin de Carcans.

( suite )

 

Carcans
Le pin maritime - Source : Étude sur la côte et les dunes du Médoc : littoral ancien, littoral actuel , par Pierre Buffault, 1897

 

Branche ORNON

 

La famille ORNON est une famille habitant la commune de Salaunes. Le premier couple de cette famille est formé par Bernard ORNON 6226 , 6288 et Jeanne LAFON 6227 , 6289 , qui se sont épousés dans cette paroisse à une date encore inconnue. Le fait qu'ils aient 2 numéros Sosa s'explique par le fait que leurs 2 enfants sont tous les deux nos ancêtres directs :

Pour remonter plus loin...

A Salaunes, j'ai trouvé le mariage de Bernard ARNON et Jeanne de la FONT le 4 novembre 1635. Mais ce ne semble pas être le bon mariage puisque leur fils Georges ORNON s'est marié vers 1630 ! A vérifier avec les données transmises par P.S.

Les registres de Salaunes remontent jusqu'en 1617 aux Archives Départementales, mais ne sont en ligne que depuis 1631.

 

Georges ORNON  3144 épouse vers 1630 Catherine FAURIE, LA FAURIE ou LAFAURIE  3145  . Pour simplifier les choses, ils ont 5 fils dont 3 portent le même nom de baptême, et tous nés à Salaunes :

 

 

Pour remonter plus loin...

Trois des frères ont le même prénom Guillem... Comment savoir lequel des trois est notre ancêtre ? Déjà, on ne trouve qu'un seul décès d'un Guillem Ornon dans les registres de Salaunes : où sont passés les autres ? Sont-ils partis vivre dans un autre village ? Ensuite, ce seul acte de décès trouvé est-il celui de notre ancêtre ou d'un de ses frères ?

Devant tant de questions, on est obligé de faire des suppositions. Si deux des frères sont partis s'installer ailleurs, on peut supposer que celui qui est resté à Salaunes et qui y est mort est notre ancêtre, puisque ses enfants sont nés à Salaunes. Or dans cet acte de décès de 1725, Guillem ORNON aurait eu 88 ans à sa mort. Mais en 1725, le premier des frères (né en 1631) en aurait eu 94, le deuxième 83, et le dernier 80. On peut estimer que ça pourrait correspondre à l'un des deux premiers.

Deuxième chose, Guillem ORNON s'est marié avec Catherine BEAUBOIS en 1674, et a eu son fils Vincent, notre ancêtre, en 1685. Dans le cas du premier frère, il se serait marié à l'âge de 43 ans, et aurait eu son fils à 54 ans. Le second aurait eu 32 ans à son mariage, et 43 à la naissance de son fils. Le cas du Guillem né en 1642 me semble le plus plausible, mais c'est un jugement tout-à-fait arbitraire...

 

Quel qu'il soit, notre Guillem ORNON 1572 porte le surnom de "Guillemot" auprès de sa famille et de ses amis. Le 23 octobre 1674 à Salaunes, Guillemot épouse Catherine BEAUBOIS  1573  (née vers 1655), fille de Germain BEAUBOIS  3146  (né vers 1618 et décédé le 21 mars 1676) et de Jeanne CONSTANTIN  3147  (née vers 1626 et décédée le 13 juillet 1676).

On trouve dans les actes deux orthographes différentes de ce patronyme : BEAUBOIS ou BEAUBOY. Cela ne change strictement rien, la prononciation des deux orthographes reste la même. D'après l'acte de naissance de Peyronne ORNON en 1680, la famille BEAUBOIS semble provenir du village de La Carreyre, dans la paroisse de Lacanau.

 

 

 

Pour remonter plus loin...

Trouver le mariage de Georges ORNON et Marie LAFAURIE vers 1630. Si la date est bonne, chercher la naissance de Georges ORNON vers 1610.

Trouver aussi le mariage de Germain BEAUBOIS et Jeanne CONSTANTIN, avant 1656, le décès de Germain BEAUBOIS le 21 mars 1676, et celui de Jeanne CONSTANTIN le 13 juillet 1676.

Salaunes
Salaunes - L'église et le Bourg

 

 


Guillem "Guillemot" ORNON  1572 et Catherine BEAUBOIS  1573 restent vivre à Salaunes, où en plus de son travail de la terre, Guillem exerce aussi les fonctions de sacristain auprès du prêtre de l'église Notre-Dame de Salaunes. Le couple a 8 enfants tous nés dans leur domicile :

 

 

Vincent ORNON  786 grandit et se rend souvent dans la commune voisine de Sainte-Hélène. Là, il rencontre une jeune fille de cette paroisse, Marie ANDRAUT  787  ; elle est née le 2 décembre 1702, fille de Pierre ANDRAUT  1574 et de Marie BRUN  1575  .

 

C'est tout naturellement que le 25 mai 1722, à Sainte-Hélène, Vincent épouse Marie ANDRAUT  787. Vincent et Marie ont pour fille Jeanne ORNON  393  (née le 10 août 1738 à Sainte-Hélène).

 

Catherine BEAUBOIS  1573 quitte ce monde le 23 novembre 1711 à Salaunes, à l'âge de 56 ans. Son époux Guillem ORNON  1572 , lui, décède le 2 décembre 1725 à Salaunes. Juste au-dessus de son acte de décès dans le registre, on trouve le décès d'une Anne ORNON âgée de 56 ans, enterrée le même jour que lui. Or Anne la fille de Guillem ORNON est née en 1688, et aurait donc eu 37 ans en 1725. La non plus, ça ne colle pas...

Pour remonter plus loin...

A Salaunes, trouver la naissance de Vincent ORNON en 1685.

A Ste-Hélène, où aucun registre n'est en ligne avant le Premier Empire, chercher le mariage de Pierre ANDRAUT et de Marie BRUN avant 1685. Trouver aussi la naissance de Jeanne ORNON le 10 août 1738.

Sainte-Hélène
Sainte-Hélène - Mairie et avenue de la gare

 


Le 29 janvier 1760, à Carcans, Jean LACOURTY  392  se marie avec Jeanne ORNON  393  . La maman du marié, Marie MAILLET  785 , était déjà décédée.

 

Le jeune couple a un fils, Jean LACOURTY  196 , qui voit le jour le 21 septembre 1774 à Carcans. Jean le fils devient à son tour résinier.

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

A Carcans, trouver la naissance de Jean LACOURTY le 21 septembre 1774 (pas en ligne).

Branche BRACHET

 

 

La famille BRACHET vient de la commune de Cissac en Médoc.

Pierre BRACHET  1576  est né vers 1650, et devient maître maçon. Le 18 février 1681, à Cissac, il épouse Jeanne ROUSSELOT  1577  , née le 13 novembre 1656 à Cissac également, fille de Bernard ROUSSELOT  3154 et de Marie BISSON 3155 .

 

Pour remonter plus loin...

A Cissac, où les registres commencent en 1692 mais ne sont pas en ligne, trouver la naissance de Jeanne ROUSSELOT le 13 novembre 1656, son mariage avec Pierre BRACHET le 18 février 1681, la naissance de Jean BRACHET vers 1691, et le décès de Jeanne ROUSSELOT le 23 décembre 1693.

Carcans
Cissac - L'hôtel et café Bouey

 

Pierre et Jeanne ont 3 enfants, tous nés à Cissac :

 

Mais Jeanne ROUSSELOT  1577 décède prématurément le 23 décembre 1693 à Cissac, à l'âge de 37 ans seulement.

 

Pierre se remariera avec Françoise JULLIAN, avec qui il aura une fille, Marguerite BRACHET, née le 21 octobre 1701 à Cissac. Ce dernier enfant n'aura qu'un an à la mort de son père qui survient le 30 novembre 1702.

( suite )

 

Branche LAUGA

 

Du côté de Lacanau se trouvent un autre couple important pour nous, il s'agit de Etienne Pierre LAUGA, sosas  3156   et   6366  , et de Marguerite VIDAU, sosas  3157   et  6367 . Couple important car 2 de leurs enfants sont nos ancêtres directs :

 

 

Pierre dit Minaut LAUGA  1578 et sa femme Antonine ou Toinette BERRON  1579  (née en 1665 et décédée le 28 février 1731) ont une fille : Marie LAUGA  789  (née en 1700 et décédée le 8 février 1760 tout à Lacanau).

 

 

 

 

 

 

C'est le 27 janvier 1722, à Lacanau, que Jean BRACHET  788 épouse Marie LAUGA  789 . Le couple aura 4 enfants, tous nés à Lacanau :

 

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

A Lacanau, où les registres commencent en 1692 mais ne sont pas en ligne, trouver la naissance de Marie LAUGA vers 1700, et le mariage de ses parents un peu avant. Trouver son mariage avec Jean BRACHET le 27 janvier 1722, la naissance de Guillaume BRACHET peu après, le décès de Jean BRACHET vers 1741, et le décès de Marie LAUGA le 8 février 1760.

 

Lacanau
Lacanau-Médoc - La rue de l'église

Branche DINEAU - EYMAT

 

 

De leur côté, Estève DINEAU  3160  et Jeanne JUGLA  3161  ont un fils, Guillaume DINEAU  1580  (né en 1681). Ce Guillaume devient lui aussi résinier à Lacanau.

 

Originaire du village de Donissan à Listrac, Jean dit Bousquet EYMAT  6324  et sa femme Izabeau FEURT  6325  ont pour fils Vivien dit de Bousquet EYMAT  3162 , qui devient laboureur au Grand Donissan.

Le 9 février 1671, à Listrac, Vivien épouse Peyronne BARON  3163 , originaire de Drap (Saint-Laurent), fille de Jean BARON  6326  et de Marie PETIT  6327 .

Vivien et Peyronne s'installent au Grand Donissan, et ont une fille, Pétronille EYMAT  1581  (née vers 1685 à Listrac et décédée le 5 janvier 1737 à Lacanau).

 

Le 22 septembre 1705, à Lacanau, Guillaume DINEAU  1580  épouse Pétronille EYMAT  1581  et ont pour fils Jean DINEAU  790  , né en 1711 et décédé en 1741.

 

( suite )

Pour remonter plus loin...

A Lacanau, trouver le mariage d'Estève DINEAU et Jeanne JUGLA vers 1681, la naissance de Guillaume DINEAU peu après, le mariage de Guillaume DINEAU avec Pétronille EYMAT le 22 septembre 1705, la naissance de Jean DINEAU en 1711.

Branche CASSY

 

La famille CASSY vient quant à elle de la commune de Moulis.

 

C'est en effet là que Guillem CASSY  3164  épouse Marie CALENDRIN  3165  le 23 janvier 1674.

Leur fils Pierre CASSY  1582  naît en 1681 à Carcans, et devient gardeur de brebis.

 

( suite )

 

Pour remonter plus loin...

A Moulis, trouver le mariage de Guillem CASSY et Marie CALENDRIN le 23 janvier 1674.

A Carcans, trouver la naissance de Pierre CASSY vers 1681.

Branche MALEYRAN

 

La famille MALEYRAN est originaire de la commune de Sainte-Hélène. François MALEYRAN  12664  épouse Jeanne MEYRE  12665 , fille d’ Estienne MEYRE  25330  et de Marguerite MALEYRAN  25331 . Nous retrouvons ces derniers dans Les origines des MEYRE.

 

François et Jeanne ont pour fils François MALEYRAN  6332  , né le 10 novembre 1647 à Sainte-Hélène et décédé avant 1693 à Lacanau. François fils est meunier ; à cette époque, transformer le blé en farine, que le boulanger changera en pain, est une tache primordiale dans la société traditionnelle française.

 

Le 1er janvier 1672, à Lacanau, il épouse Marie VIGNAU  6333  , fille de Arnaud VIGNAU  12666  et de Peyronne CASTAING  12667 , et a pour fils Arnaud MALEYRAN  3166  (décédé le 27 octobre 1713 à Lacanau).

 

Arnaud devient également meunier, et le 28 août 1694, il épouse Marie DUVIGNAU  3167 , fille d’Arnault DUVIGNAU  6334  et de Françoise MARTIN  6335 . Arnaud MALEYRAN  3166  et Marie ont pour fille Marie MALEYRAN  1583  (née à Lacanau).

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène, trouver la naissance de François MALEYRAN le 10 novembre 1647. Ses parents François MALEYRAN et Jeanne MEYRE s'y sont peut-être mariés : à chercher.

A Lacanau, trouver le mariage de François MALEYRAN et Marie VIGNEAU le 1er janvier 1672. Voir si ses parents Arnaud VIGNEAU et Peyronne CASTAING s'y sont aussi mariés. Trouver la naissance d'Arnaud MALEYRAN après 1672, et son mariage avec Marie DUVIGNEAU le 28 août 1694.

 

 

Pierre CASSY  1582  et Marie MALEYRAN  1583  se marient le 30 août 1712 à Lacanau et ont pour fille Françoise CASSI  791  (née en 1713 et décédée le 14 juillet 1782).

 

 

Jean DINEAU 790  épouse Françoise CASSI  791  le 3 juillet 1734 à Lacanau et ont une fille, Marguerite DINAU  395  .

 

 

 

 

 

 

Guilhem BRACHET  394  se marie à Lacanau avec Marguerite DINAU  395  le 26 janvier 1768 et a au moins 3 enfants :

 

 

 

Pour remonter plus loin...

A Lacanau, trouver le mariage de Pierre CASSY et Marie MALEYRAN le 30 août 1712, le décès d'Arnaud MALEYRAN le 27 octobre 1713, la naissance de François CASSY en 1713, le mariage de Jean DINEAU et Françoise CASSY le 3 juillet 1734, la naissance de Marguerite DINEAU peu après, le mariage de Guillaume BRACHET et Marguerite DINEAU le 26 janvier 1768, la naissance de Marie BRACHET le 8 août 1777, et le décès de Françoise CASSY le 14 juillet 1782.

Lacanau
Lacanau-Médoc - L'étang de Lacanau

 

Jean LACOURTY  196  a 19 ans quand il épouse Marie BRACHET  197 , qui en a 16, le 3 mars 1794 à Carcans. Les deux parents de la très jeune mariée étaient déjà décédés à Lacanau avant le mariage.

 

Les jeunes époux ont un fils, Jean LACOURTY  98 , né à Lacanau le 1er pluviôse an VI, soit le 20 janvier 1798. Jean  98  devient tour à tour cultivateur, puis charpentier, résinier et finalement propriétaire.

 

Le 14 juillet 1828, à Lacanau, il épouse Pétronille CONSTANTIN  99  (née à Lacanau le 16 messidor an IX, soit le 5 juillet 1801), fille d’Arnaud CONSTANTIN  198 et de Marie JANNIN  199 . L’ascendance de ses parents est relatée dans le paragraphe CONSTANTIN.

Pour remonter plus loin...

A Lacanau, trouver le décès de Pétronille CONSTANTIN le 8 août 1868.

 

Jean  98 et Pétronille  99 vivent au village de Méjos, commune de Lacanau, où ils ont au moins 3 filles :

 

Ces 3 enfants connaîtront moins leur grand'mère que leur grand'père. En effet, Marie BRACHET  197 disparaît le 6 mars 1840 à 63 ans. Jean LACOURTY  196 , lui, décède à l'âge honorable de 85 ans, le 7 janvier 1859, tous deux au village de Talaris, commune de Lacanau.

 

 

C'est ici que la dynastie LACOURTY rejoint notre famille PONTET. En effet, le 3 novembre 1856, Jean Baptiste PONTET  48  épouse Marie LACOURTY  49  à Sainte-Hélène. Ils ont un fils, Jean dit Alcide PONTET  24 , né en 1871, futur grand'père d' Henri PONTET  6 .

 

La grand'mère maternelle d' Alcide, Pétronille CONSTANTIN  99 , décède le 5 juillet 1868, à 67 ans, chez elle à Méjos. Son veuf Jean LACOURTY  98 a 74 ans quand il y décède le 22 mars 1872.

 

Marie LACOURTY 49 , elle, n'aura que 57 ans quand elle décèdera le 21 février 1893, la même année que sa soeur aînée, dans le domicile conjugal de Sainte-Hélène.

Pour remonter plus loin...

A Ste-Hélène, trouver le décès de Marie LACOURTY le 21 février 1893 (pas en ligne).

 

N.B. Une nouvelle fois, merci à Paulette SEGUIN pour certains de ces précieux renseignements, ainsi que Jean-Pierre SARRAZIN.

 

Suite de l'histoire : Vers Jean "Alcide" PONTET.