Généalogie de la famille DUCOS - PONTET

La famille du côté de Marcelle GUIBERT

Ses grand'parents paternels : Jean "Jules" GUIBERT et Marie "Suzanne" LAROCHE

Arbres : Général - Guibert
Cartes : Nord-Gironde

Remonter vers : les origines des GUIBERT
Remonter vers : les origines des LAROCHE

 

 

Vous êtes ici   :   Les origines des GUIBERT     Jean "Jules" GUIBERT     Pierre "Charles" GUIBERT     Marcelle GUIBERT     Mon père     Moi

 

Jules GUIBERT

 

Le fils de François et Marguerite, Jean dit "Jules" GUIBERT  20 , grand’père de Marcelle  5 , naît sous le 2nd Empire (Napoléon III) le 24 octobre 1860 à 2 heures du matin, à Berthou, un village de la commune de Comps, situé entre Bourg et Blaye dans le nord de la Gironde. C'est là qu'il grandit, et qu'il apprend tous les rudiments de l'agriculture, plus précisément du travail de la vigne.

 

Sa signature : Signature Jean Guibert

 

Cette solide formation lui permet de devenir ouvrier agricole, c'est-à-dire qu'il se met au service de divers propriétaires pour travailler dans leurs vignes, selon leurs besoins. Inutile de préciser que cette vie, si rude qu'elle soit physiquement, est aussi très incertaine, car Jules est totalement dépendant des différents patrons pour qui il travaille, ainsi que des conditions climatiques. Les uns comme les autres peuvent parfois le priver de travail, et quand il en trouve, il est évidemment mal payé...

 


Attelage en Médoc - Carte postale ancienne

 

Du point de vue physique, Jules mesure 1,61 m, a un visage ovale, des cheveux bruns, des sourcils noirs, des yeux marrons, un nez moyen et un menton rond. Du point de vue instruction, il sait lire, écrire et compter, même s'il n'a pas eu le Brevet de l'Enseignement Primaire (le degré d'instruction noté sur sa fiche matricule de l'armée est de 3 et non de 4).

 

Le service militaire

Jules fait son service militaire à Quimper, au 118ème Régiment d'Infanterie à partir du 10 novembre 1881. Il arrive au corps le lendemain avec le numéro matricule 1950. Dans cette période de 1881-1882, le Régiment participe à la campagne de Tunisie, alors province de l' Empire Ottoman, qui à terme mettra le pays sous protectorat français. Jules devient soldat de 1ère classe le 1er janvier 1883, et reçoit un certificat de bonne conduite. En plus de son instruction générale d'un niveau très correct, son instruction militaire est qualifiée d' "exercée" sur sa fiche matricule.

 


118ème Régiment d'Infanterie de Quimper - Caserne du Séminaire

Jules termine son service le 16 septembre 1885, date à laquelle il regagne son foyer à Comps, et passe dans la réserve de l'armée active le 1er juillet 1886. Il accomplit une première période d'exercice dans le 57ème de ligne (1er bataillon à Libourne) du 1er au 21 septembre 1887, puis une seconde du 28 août au 18 septembre 1889 dans le même régiment.

Puis Jules passe dans l'armée territoriale le 1er novembre 1894. Il fait une dernière période d'instruction du 19 au 31 octobre 1896, dans le 139ème Régiment Territorial d'Infanterie dont la garnison se trouve à Aurillac dans le Cantal. Le 1er novembre 1900, il passe dans la réserve de l'armée territoriale ; il est enfin libéré des obligations militaires le 1er octobre 1906. Alors âgé de 46 ans, il échappe ainsi à la future boucherie humaine qui se prépare...

 

 

Suzanne LAROCHE

 

De son côté, une certaine Marie dite "Suzanne" LAROCHE  21 vit chez ses parents au lieu de la Carré, dans la commune de Gauriac, où elle est née le 27 juin 1862. Mais à une date que je ne connais pas, elle déménage pour s'installer avec ses parents dans la commune voisine de Comps. Elle se retrouve ainsi voisine de notre ouvrier agricole Jules GUIBERT  20 !

 

Sa signature : Signature Marie Laroche

 

Gauriac
Gauriac - Habitations dans les rochers

 

La rencontre inévitable débouche sur une belle histoire d'amour... Commençant par le moins romantique mais le plus prudent, Jules et Suzanne passent d'abord un contrat de mariage le 30 mai 1886 devant Maître DUSSON, notaire à Marcamps. Puis enfin, les amoureux se marient le 7 juin suivant dans l'église Saint Sulpice de Comps.

Pour remonter plus loin...

Il serait intéressant d'avoir ce contrat de mariage du 30 mai 1886 devant Maître Raymond DUSSON, notaire à Marcamps, pour connaître un peu mieux leur situation matérielle. Accessible uniquement en salle de lecture des A.D. Gironde, ce document porte la cote 3 E 56086.

Gauriac
Comps - L'Eglise St-Sulpice

 

La famille

Jules  20  et Suzanne  21  s’installent au lieu des Lamberts, situé également sur la commune de Comps, et ont 2 fils :

 

Très peu de souvenirs de leur petite-fille Marcelle GUIBERT  5 ont filtré jusqu'à nous concernant Jules et Suzanne... Un seul, même, pour être exact ! Suzanne buvait beaucoup, beaucoup trop, et un soir, elle rentrait très avinée chez elle avec la petite Marcelle encore enfant. Elles marchaient toutes les deux le long d'une voie ferrée, et à un moment où ses jambes ne pouvaient plus la supporter, Suzanne tomba sur les rails. Marcelle essaya de toutes ses forces de tirer sa grand'mère hors de la voie de chemin de fer, avec la peur qu'un train n'arrive trop vite. La petite fille eut toutes les peines du monde mais finalement réussit à sauver son ayeule. Toute sa vie, Marcelle garda de cette aventure une aversion absolue pour l'alcool.

 

 

Gauriac
Entre Comps (Berthou, Lamberts), Gauriac, et Saint-Ciers-de-Canesse (Nicolau)

 

Le 29 mai 1904, Jules et Suzanne déménagent pour habiter au lieu-dit Nicolau, à Saint-Ciers-de-Canesse ; cette précision est apportée par le registre militaire de Jules qui le signale en tant que Résidence et non Domicile. La différence entre les deux tient dans la permanence du lieu de vie : le domicile est l'habitation principale, la résidence est le lieu où se trouve le soldat à un moment donné, même temporairement. Effectivement, il faut toujours pouvoir trouver le soldat en cas de mobilisation...

Mais on se rend compte que la famille a en fait occupé plusieurs résidences. Au mariage de Charles l'aîné en 1910, ils habitaient à Saint-Ciers-de-Canesse. A son décès en 1916, Jules et Suzanne vivaient à Gauriac. L'explication de cette valse des domiciles tient sans doute dans le fait que l'ouvrier agricole devait souvent s'installer avec toute sa petite famille près de là où on avait besoin de lui, suivant les propriétaires qui faisaient appel à lui. Peut-être même étaient-ce lesdits propriétaires qui le logeaient le temps qu'il effectue son difficile travail. C'est-à-dire entre Comps, Gauriac et Saint-Ciers-de-Canesse...

Et c'est dans son domicile de Berthou à Comps que Jules GUIBERT  20 décède le 19 mai 1926 à l’âge de 65 ans. Son épouse Suzanne, elle, décède le 17 janvier 1931 à l'âge de 69 ans, mais où donc ? Son acte de décès indique qu'elle est morte chez elle... à Nicolau, à Saint-Ciers de Canesse !

 

 

Suite de l'histoire : Vers son fils Pierre "Charles" GUIBERT.