Généalogie DUCOS - PONTET
Généalogie de la famille DUCOS - PONTET

La famille du côté d' Amiet DUCOS

Les origines des FLOUS

Vous êtes ici   :   Les origines des FLOUS     Les origines des ROSSIGNOL     Pierre "Louis" ROSSIGNOL     Louise ROSSIGNOL     Pierre "Amiet" DUCOS     Mon père     Moi
Quartier AQuartier BQuartier CQuartier D
Bertrand
DUCOS
Marie
FATIN
Louis
ROSSIGNOL
Louisa
LALLEMAGNE
Jules
GUIBERT
Suzanne
LAROCHE
Julien
PONS
Dorothée
CAREL
Alcide
PONTET
Ma
BOUSCARRUT
Richard
JUFORGUES
Arnaudine
RAYMOND
Jeantil
GOFFRE
Estelle
MONNEREAU
Emile
JUSTE
Alice
ABRIBAT
Charles
DUCOS
Louise
ROSSIGNOL
Charles
GUIBERT
Joséphine
PONS
René
PONTET
Lucienne
JUFORGUES
Henri
GOFFRE
Henriette
JUSTE
Amiet
DUCOS
Marcelle
GUIBERT
Henri
PONTET
Yvette
GOFFRE
Mon père Ma mère
Moi

Dans le temps :

Dans les branches :

 

Branche FLOUS

Le patronyme FLOUS provient de « flou » qui signifie « fleur » en gascon. Le mot est lui-même dérivé du latin "flos" ou "floris".

Carte Bordeaux-StMacaireGirondeNotre branche des FLOUS est une famille de bourgeois, négociants en vin, habitant la ville de Saint-Macaire, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Bordeaux. Cette ville fut créée par Macaire d'ESPETVEN, un moine d'origine grecque mais qui fit une carrière dans l'administration à Rome, au tout début du Vème siècle. Puis il vint dans le Sud-Ouest de la France pour fonder la ville de Saint-Macaire, où il mourut vers 430.

 

Mais remettons-nous dans le contexte de l'époque qui nous intéresse : depuis qu' Aliénor d'Aquitaine a épousé Henri II Plantagenêt, qui devient roi d'Angleterre en 1154, la Guyenne, future Aquitaine, est passée sous domination anglaise. Le roi d'Angleterre autorise la commercialisation du vin de Bordeaux sur son royaume, et Saint-Macaire se trouvant à la limite de la Guyenne anglaise, on bloque tous les vins arrivant du Languedoc par la Garonne pour les empêcher d'aller plus loin et de concurrencer les vins de Bordeaux. Les vins produits à Saint-Macaire partent donc vers l'Angleterre exempts de toutes taxes.

 

 

GirondeGrâce à Jean sans terre en 1216, la cité devient commune libre : elle peut construire des portes, des remparts, et a le droit de s'administrer elle-même. En 1227, les villes de Saint-Macaire, La Réole, Agen, Port Sainte-Marie et le Mas-d’Agenais signent un traité d’assistance et d’entraide mutuelle. Ce traité doit garantir la liberté de circulation des marchands, et doit permettre de règler à l’amiable les éventuels litiges survenant entre eux.

Pour gérer la commune, à chaque 1er mai, 6 nouveaux jurats sont élus parmi le conseil des quarante prud’hommes. Ils doivent prêter serment de fidélité au roi, à ville de Saint-Macaire et à la commune. L'équivalent du jurat, aujourd'hui, serait le conseiller municipal. Le meilleur d’entre eux accède un jour au poste de maire.

Pour être jurat, il faut être de « bonnes vie et mœurs, bourgeois de la ville, marchand et non exerçant un travail mécanique ». Un jurat doit donc être un bourgeois, c'est-à-dire un habitant du bourg, et un marchand, dans le sens de négociant en vin. Cette règle exclue les travailleurs manuels, artisans, commerçants de détail et manœuvriers, et réserve la place seulement à une élite.

 

 

Saint-Macaire
Carte de Bordeaux à Saint-Macaire en suivant le cours de la Garonne - Carte d'Hyppolite Matis (1716) Source : site de la mairie de St-Macaire

 

Les FLOUS qui nous intéressent seront jurats de St-Macaire de père en fils sur plusieurs générations, presque 2 siècles, de 1537 à 1716.

Pour remonter plus loin...

Les registres de St-Macaire sont en ligne jusqu'en 1540, et c'est très bien ! Mais ils sont à cette période très peu lisibles en terme de graphologie, d'abbréviations, et de plus en latin ! En outre, ils ne recensent que les naissances, pas de mariage ni de décès avant 1596. Par-dessus tout ça, les problèmes de lecture sont aggravés par la piètre numérisation, bien trop claire, qui en a été faite et qui aurait mérité d'être réalisée avec plus de contraste... De plus, ils ne sont plus mis en ligne sinon par la recherche avancée en remplaçant le R1 par R2 jusqu'à R6.

Il ressort de mes recherches que beaucoup de famille FLOUS différentes vivent déjà à St-Macaire en ce XVIème siècle. Dans ce grand puzzle dont il manque nombre de pièces, il est difficile de déterminer lesquels de ces personnages sont nos ancêtres. Suivant les actes, je n'ai pas déchiffré les mêmes noms pour les mêmes personnages ; aussi je donne tous les déchiffrages que j'ai pu en faire, aussi approximatifs qu'ils soient ! J'ai trouvé notamment :

  • Pafoi (ou Pirson, peut-être Pierre) FLOUS et amd (?) VERVIS ont 4 enfants : Marguarita FLOUS (née en 1542), Peyronne FLOUS (née en 1543), Maria FLOUS (née en 1544) et Anthoine (né en 1545).
  • Payrot (ou Peyrot) FLOUS et Marie PAUIN (ou PEVNER, ou PIBRITA) qui ont 3 enfants : Menaut FLOUS (né en 1576), Bertrand FLOUS (né en 1579) et Johan FLOUS (né en 1582).
  • Naudine FLOUS, qui est née en 1577 puisque décédée en 1641 à 64 ans. Mais bizarrement, je n'ai pas trouvé son acte de naissance dans le registre, et je n'ai donc pas le nom de ses parents.
  • (?) FLOUS et Marguerite (?) ont un enfant : Bln FLOUS (né en 1580).
  • Canaldis (ou Putsa, peut-être Guillaume) FLOUS et Peyronne AULATROR (peut-être GALLETRY) ont 3 enfants : Jehane FLOUS (née en 1581), Jehan FLOUS (né en 1583) et Bernard FLOUS (né en 1588) notre ancêtre Sosa 2368.
  • Pudrane FLOUS et Polaps PEY ont une fille : Bertrande FLOUS (née en 1585).
  • Arnaud FLOUS et Pellegrina MARS ont une fille : Izabeau FLOUS (né en 1585).
  • un ou une FLOUS est né(e) en 1587 mais je ne peux déchiffrer ni son prénom, ni le nom de ses parents.
  • Catherine FLOUS née en 1588, dont je ne peux rien déchiffrer non plus.
  • ang (ou Luon, ou Cuos, peut-être Arnaud Bernard ?) FLOUS et Jaquotte DUSILHOU ont 3 enfants : Jehane FLOUS (née en 1587), Dominique FLOUS (née en 1588), et Jehanne FLOUS (née en 1591).
  • hut FLOUS et Marie du PERRIER ont une fille : Catherine FLOUS (née en 1591).

La piste à suivre semble bien être celle des parents de Bernard, à savoir Guilhem FLOUS et Peyronne de GALLETRY.

Le plus ancien connu de la lignée se nomme Guilhem FLOUS  9472 . Il devient jurat de St-Macaire en 1537, alors que nous sommes sous le règne de François Ier. Je n'ai pas le nom de son épouse, mais avec elle, Guillaume aura ces 2 enfants :

Ce dernier deviendra aussi l’un des principaux marchands et bourgeois de la cité de St-Macaire.

 

 

Mais il faut aussi compter sur la famille GALLATRY ou GALLETRY, qui est une autre famille bourgeoise de la ville. Les premières traces de cette famille sont celles de Jamet de GALLETRY  9474  (décédé le 2 juin 1562) et de ... sa femme ! Sur l'acte de naissance de leur fille Peyronne, tout en latin bien sûr, le nom de sa mère s'y trouve, mais impossible de le déchiffrer. Quoi qu'il en soit, ils ont au moins ces 2 enfants :

Vers 1565, Guillem épouse Peyronne de GALLETRY  4737 dans l'église de St-Macaire.

Pour remonter plus loin...

Je n'ai aucun acte concernant Guilhem FLOUS 9472, étant né avant 1540. Comme il n'y a pas les registres de mariage et de décès avant 1596, je ne peux rien trouver sur lui.

Pour son fils Guillaume FLOUS 4736, je ne trouve pas sa naissance dans le premier registre : il est donc né avant 1540. Je ne peux pas non plus trouver son mariage vers 1565 avec Peyronne de GALLETRY, car les registres en ligne manquent entre 1547 et 1573.

Sans les mariages, je ne peux pas trouver celui de Jaunet ou Menaut de GALLETRY et d' Ashalide de St-MEXANT, vers 1545 également.

"Le meilleur d'entre les jurats devient maire de la ville" : chercher si un Flous a été un jour maire de St-Macaire.

GirondeLe 21 juin 1565, Guillem fait construire une maison à Saint-Macaire par Bertrand GIRAUDEAU, un maçon de Langon, à côté d’une autre maison qu’il possède déjà. Elle se situe derrière la porte de Benauge, à l’angle de la rue de l’Eglise et de la rue de l’Aulède.

Guillem fournit au maçon tout le matériel et les matériaux nécessaires au chantier (échafaudage, chaux, sable, eau,…) et met à sa disposition une chambre meublée. GIRAUDEAU fournit la pierre qui provient de la carrière de Passe-Bas, au Pian-sur-Garonne. Le chantier doit durer 4 mois, et coûte à Guillaume FLOUS 180 Francs bordelais, une barrique de vin, 3 boisseaux de blé et froment, un boisseau de seigle et un quart de lard. Le maçon réalise d'abord le criquis de la future maison, reproduit ci-contre, anvant de se lancer dans les travaux proprement dits.

 
La maison des Flous de St-Macaire
La maison des Flous de St-Macaire

 

Mais six mois plus tard, le 13 janvier 1566, Guillem engage le maçon de Saint-Macaire Pierre LAMBERT pour un surhaussement de la façade de sa nouvelle maison sur la rue de l’Eglise. Il semble que ce qui était prévu par le premier contrat ne soit pas entièrement réalisé ; GIRAUDEAU n’a sans doute pas pu honorer son contrat), ce qui peut expliquer que Guillem ait préféré changer d’entrepreneur. Cette maison est devenue aujourd’hui la « Maison de Pays », abritant le Syndicat d’Initiative de Saint-Macaire. Elle porte la date de 1565. Sur le côté gauche de la maison, on voit une gargouille dont le rôle est de rejetter les eaux usées. En l'absence de tout-à-l'égout, cette pratique est à l'origine de l'expression : « garder le haut du pavé ». Il fallait effectivement faire attention à ce qui pouvait tomber de ces gargouilles pour ne pas se retrouver trempé par la chute des eaux usées !

Henri Le tome 13 des Archives Historiques de la Gironde (édité en 1874) comporte un document très intéressant issu des archives municipales de Saint-Macaire. Il s'agit d'une délibération des jurats de cette ville (n° XCIV, pages 189 à 191), datée du 26 décembre 1587. Pour resituer le contexte, nous sommes pendant les guerres de religion, opposant les catholiques aux protestants. Le roi de France Henri III, catholique, n'a pas d'enfant, étant de tendance homosexuelle ; son successeur légitime est alors Henri de NAVARRE, chef du parti protestant (portrait ci-contre). Le parti catholique veut écarter ce huguenot de la succession, et par l'édit de Nemours en 1585, le roi interdit le culte protestant et déchoit Henri de NAVARRE de ses droits. Ce dernier, appuyé par son cousin Henri Ier de BOURBON Prince de Condé, part en guerre contre les armées royales en Guyenne. A la bataille de Coutras le 20 octobre 1587, Henri de NAVARRE écrase le duc de JOYEUSE qui commande l'armée royale, ce dernier étant même tué.

C'est dans ces circonstances que se réunissent les 29 jurats de Saint-Macaire dans le château royal de la ville, en ce 26 décembre 1587. Parmi eux, on retrouve Guillem FLOUS 4736 , François RUFZ, Asdrubal de FERRON (écuyer, capitaine du château, sieur de Carbonieux et de Tardes), Jehan DEBEDAT (procureur du roi), Vidal GALETRY, Pierre BARITAULT 4738, Jehan de BORN, Jehannot FLOUS et d'autres notables. L'objet de la réunion : lesdits RUFZ et de BORN sont montés à Bordeaux prévenir que le roi de NAVARRE et ses armées allaient attaquer la ville de Saint-Macaire et tuer ses habitants comme ceux des environs. La ville étant pauvre et sans soldat pour la défendre, les deux Macariens ont demandé un certain nombre de soldats bordelais pour contrer l'attaque. Bordeaux leur a proposé les services du capitaine RUBRIC, qui conduit une compagnie "de gens de pied", et dont la ville devra payer les services. Les jurats, à l'issue de leur réunion, prennent une autre décision : ils engagent 50 soldats qui seront commandés par le capitaine MORE, un Macarien de naissance. Pour payer ce petit corps d'armée, la poudre et les armes nécessaires, les jurats décident de lever un impôt sur l'ensemble des habitants de la ville.

Cette décision est sans doute motivée par deux choses. D'abord, la peur de livrer la ville à des mercenaires, dont on n'a aucune garantie sur leur comportement pendant et après la bataille. Ensuite, le fait que cela reviendra moins cher de se débrouiller tout seul, que de payer cette troupe de mercenaires. Il reste que de ce document ressort une énorme contradiction. D'abord, il est dit que la ville est "dénuée d'hommes d'armes pour la défendre", mais ensuite, ils trouvent 50 soldats ("gens de bien cogneus", je traduis par : des gens qu'on connait, des macariens) et en plus un capitaine, lui aussi de St-Macaire ("fils d'icelle"). Comme quoi, quand on veut, on peut !

Je n'ai par contre pas trouvé de trace de la suite des événements à Saint-Macaire. L'Histoire se joue ailleurs... En 1588, Henri de LORRAINE duc de Guise, chef de la Ligue qui combat pour le parti catholique, remporte d'importantes victoires sur les protestants, mais son ambition personnelle menace le roi Henri III dont il devient un rival. Le roi fait alors assassiner le duc de Guise, puis s'allie avec Henri de NAVARRE pour renverser la Ligue alors maîtresse de Paris, et reprendre la capitale. Un an et demi après cette réunion, le 1er août 1589, le roi Henri III est assassiné à son tour à Saint-Cloud par le moine Jacques CLEMENT, et Henri de NAVARRE devient le nouveau roi de France sous le nom de Henri IV. La ville de Saint-Macaire semble alors être bien loin des préoccupations des protestants...

 

 

Côté vie privée, Guillem FLOUS 4736 et son épouse Peyronne de GALLETRY 4737 ont peut-être 4 enfants :

Pour remonter plus loin...

Je n'ai pas trouvé la naissance de Naudine dans le registre 1574-1578 . Je n'ai donc pas la certitude que Naudine soit soeur de Bernard FLOUS.

 

 

Le dernier de leurs enfants, Bernard  2368  grandit et devient lui aussi jurat en 1632. Auparavant, il épouse une jeune fille issue d'une illustre famille, Contour BARITAUT  2369  le 5 juillet 1608, à St-Macaire. L'ascendance de la mariée est relatée dans Les origines des Baritault. Le couple a 9 enfants, dont beaucoup ont pour parrains et marraines des membres de la famille BARITAULT :

 

Une sœur de Bernard, on ne sait pas encore laquelle, se marie également avec Jean de BARITAULT, un des frères de Contour, pour consolider durablement l’alliance entre ces deux grandes familles.

Bien qu'ayant eu 9 enfants, Contour BARITAUT  2369  mourra assez jeune vers 1627, très certainement à cause de la peste qui sévit dans la région, à l'âge de 39 ans. Bernard FLOUS  2368 , lui, décèdera en 1653 de la peste, à 65 ans.

Car la peste fait des ravages dans le sud-ouest en cette première partie de XVIIème siècle. Elle commence à toucher les environs de St-Macaire dans les années 1629 à 1631. L'origine de cette vague de peste serait toulousaine : une famille bordelaise serait revenue de Toulouse avec des vêtements infectés, et la maladie aurait progressé à Bordeaux, puis de là dans toutes les villes situées dans la vallée de la Garonne.

Pour remonter plus loin...

Je ne trouve pas l'acte de décès de Bernard FLOUS à St-Macaire vers 1653 sur le registre en ligne 1629-1653. Les dernières pages sont plutôt mal numérisées (trop claires), mais quand même déchiffrables, et je ne trouve rien sur Bernard FLOUS... Le registre suivant commence en octobre 1656, et rien non plus...

J'ai cherché le décès de Contour BARITAULT vers 1627 dans ce registre 1614-1629 de St-Macaire. Le registre de 1614-1629 ne contient que les naissances et les mariages, et pas les décès. Le 1er registre de décès commence en 1629 (p.25); si elle est bien morte avant, on n'aura pas l'acte.

Saint-Macaire
Saint-Macaire - La vieille ville

 

Le fils de Bernard et Contor, François FLOUS  1184  est donc lui aussi un bourgeois de St-Macaire, ville dont il est jurat en 1661. Il épouse d'abord Antoinette dite Toinette DESBATS, avec qui il a 4 enfants :

 

Mais malheureusement, la jeune mère Toinette DESBATS décède assez jeune, en tout cas avant 1671.

 

Le 7 février 1671, à 45 ans passés, notre François FLOUS  1184 épouse en secondes noces Antoinette BORDENAVE  1185 , qui elle n'a que 25 ans. Elle est née en 1644 à St-Michel de Bordeaux, fille de Jean BORDENAVE  2370  (docteur en médecine) et de Marie DESTIGNOL  2371 .

Pour remonter plus loin...

A St-Macaire, chercher dans les registres le 1er mariage de François FLOUS avec Antoinette DESBATS (avant 1659), et le décès d' Antoinette DESBATS après 1659. Je ne trouve pas ce mariage dans le registre 1655-1671 entre 1655 et 1659. Pas au Pian-sur-Garonne ni à St-Pierre d'Aurillac. Je ne trouve pas non plus le décès d'Antoinette entre 1659 et 1671, avec un nombre important de pages illisibles car numérisées trop clairement, sans aucun contraste.

Je n'ai pas trouvé l'acte de naissance d'Antoinette BORDENAVE vers 1644 à Bordeaux, paroisse St-Michel, car les registres des Archives municipales de Bordeaux sont en ligne mais de façon parcellaire. Ce registre 1643-1644 est le seul des naissances de cette période, et l'acte ne s'y trouve pas.

 

 

François et Antoinette ont 10 enfants à St-Macaire :

 

François FLOUS  1184  décède à 71 ans le 29 mai 1696. Par contre, sa seconde femme Antoinette BORDENAVE 1185 n'a que 57 ans quand elle disparaît 5 ans plus tard, le 2 novembre 1701. Il seront tous les deux inhumés dans l'église des Cordeliers à St-Macaire.

Pour remonter plus loin...

Le parrain de la petite Véronique FLOUS mérite qu'on y prête attention. Il s'agit de Pierre d'ESTIGNOL de LANCRE, parent au second degré de l'enfant, ce qui en droit canon signifie qu'il faut compter 2 degrés au-dessus de chacun (Véronique et Pierre son parrain) pour trouver leur ancêtre commun. Selon le prêtre, ils seraient donc cousins germains. En réalité, je leur trouve un 3ème degré et non un deuxième. D'un côté, Véronique fille de François FLOUS fils de Contour BARITAULT fille de Pierre de BARITAULT et Marie COUSIN. De l'autre, Pierre d'ESTIGNOL de LANCRE fils de Jehanne de BARITAULT fille de Jehan de BARITAULT fils de Pierre de BARITAULT et Marie COUSIN.

La lignée de Pierre d'ESTIGNOL de LANCRE a été recherchée par ce généanaute. Pierre de SPENS d'ESTIGNOLS de LANCRE (sans autre précision sur son épouse et ses enfants) est fils d'Etienne de SPENS d'ESTIGNOLS de LANCRE (que je noterai SEL par la suite) seigneur de Thil, de Loubens, de Tirran, de Bussac et d'autres places, Conseiller du roi au parlement de Bordeaux en 1654, et de Jeanne BARITAULT, elle-même petite-fille de Pierre de BARITAULT et de Marie COUSIN, nos sosas 4738 et 4739 ! Effectivement, on retrouve bien Etienne SEL dans la page Les origines des BARITAULT. Mais dans une branche colatérale, et non dans notre ascendance.

Pour ceux que le sujet intéresse, ce site présente une généalogie historique très complète sur cette famille. Les SPENS sont des nobles issus de familles normandes parties avec Guillaume Le Conquérant et installés pendant des siècles en Ecosse. En 1450, Patrick de SPENS est envoyé en France par Jacques II d'Ecosse, et joue un grand rôle dans la mort de Charles le Téméraire, ennemi de Louis XI roi de France. En retour, le roi fait marier Patrick à dame Jeanne de SAULT d'ESTIGNOLS, fille d'une très puissante famille. Ses descendants les barons de SPENS d'ESTIGNOLS sont tous versés dans la chose militaire, toujours proches du pouvoir. Une branche cadette vient s'installer à Bordeaux : Pierre de SPENS d'ESTIGNOLS est écuyer, avocat au parlement de Bordeaux, conseiller du Roi et haut seigneur. Son fils Christophe, qui suit le même chemin, épouse Marie de ROSTEGUY de LANCRE, et reçoit pour ses enfants le nom SPENS d'ESTIGNOLS de LANCRE. Le Pierre parrain de Véronique FLOUS est l'arrière-petit-fils de ce Christophe.

 

( suite )

 

Saint-Macaire
Saint-Macaire - La place du marché (le Mercadiou)

Branche LABARRIÈRE

 

Elie ou Helies LABARRIÈRE  2374  est, comme les membres de la famille FLOUS, un bourgeois de St-Macaire, mais vivant dans la paroisse de Notre-Dame-du-Pian. Je ne connais pas ses parents, mais un de ses frères porte le curieux nom de Gachies LABARRIÈRE. Né vers 1619, Gachies décède à 68 ans le 20 janvier 1687.

 

Avant 1655, Helies LABARRIÈRE  2374 épouse Peyronne MAURIAC  2375 , née vers 1630, fille et cohéritière de Jean MAURIAC  4750  . L’autre cohéritier est Jean CANTAULE, fils de Bernard CANTAULE de St-Macaire.

 

Pour remonter plus loin...

Je n'ai pas le mariage d'Helies LABARRIÈRE avec Peyronne MAURIAC. Ce généanaute a estimé la naissance de Peyronne MAURIAC en 1630. N'ayant pas le nom de ses parents, j'ai quand même cherché les couples possibles à St-Macaire :

  • J'ai trouvé le mariage d'un Jehan MAURIAC avec Jehanne DENEY le 16 janvier 1629 à St-Macaire. On apprend que Jehan MAURIAC est originaire de St-Martin-de-Sescas, à côté de St-Pierre d'aurillac et du Pian-sur-Garonne. Mais je ne peux pas y trouver la naissance de Peyronne vers 1630, car les registres en ligne de St-Martin-de-Sescas commencent en 1768.
  • Un acte de décès d'un autre Jehan MAURIAC et de son épouse Marie DUBOSQ, tous deux morts dans la nuit du 6 novembre 1646.
  • J'ai aussi un Estienne MAURIAC né le 21 février 1640, fils de Jean MAURIAC et de Marie DELAVITEN(?) à St-Macaire. Un frère de Peyronne ?

Voir aussi dans quelles archives on pourrait en savoir plus sur ce fameux héritage de Jean MAURIAC...

Je ne trouve pas dans les registres de St-Pierre d'Aurillac le décès de Hélies LABARRIERE, dans les registres de 1687 (année du décès de son frère Gachies où il était présent) jusqu'à 1730.

 

 

Elie et Peyronne ont 10 enfants tous nés au village voisin du Pian-sur-Garonne :

Pour remonter plus loin...

A Saint-Macaire, il faut trouver la mariage de Elie LABARRIERE et Peyronne MAURIAC avant 1655, et peut-être leurs naissances à tous les deux. Il manque les années 1654 à 1655, mais avant je ne trouve pas ce mariage à St-Macaire. Pourtant, je trouve 3 mariages de 3 Estienne FLOUS différents (un le 16 septembre 1634 avec Françoise CONSTANDE, un autre que je n'ai pas relevé, et un le 6 février 1652 avec Izabeau MANAUT). J'ai cherché à St-Pierre d'Aurillac, mais le registre ne comporte que les naissances et pas les mariages. J'ai aussi cherché au Pian-sur-Garonne, mais là aussi le registre ne contient que les naissances. C'est pourtant là qu'on trouve des LABARRIERE et des MAURIAC : nos ancêtres s'y trouvent sans doute, mais on ne pourra pas les débusquer puisque Elie LABARRIERE et Peyronne MAURIAC sont nés avant 1635, et que les registres ne remontent pas avant 1643.

Peyronne MAURIAC  2375 décède le 29 mai 1705 à Le Pian-sur-Garonne ; elle avait environ 75 ans.

Le Pian-sur-Garonne
Le Pian-sur-Garonne - L'église

Branche FLOUS de Massac

Nos ancêtres FLOUS, que nous avons vus ci-dessus, vivent à St-Macaire. Mais une autre dynastie FLOUS vient se greffer à notre arbre. Je ne connais pas le lien entre ces deux branches, car nous sommes dans une époque où les actes paroissiaux sont plutôt avares en informations. Ces FLOUS sont peut-être cousins de la branche FLOUS dont nous avons parlé en haut de page, mais je n'en ai pas encore la preuve. Ce qui différencie cette dynastie FLOUS de l'autre, c'est que celle-ci ne reste pas sur St-Macaire : nous verrons plus loin que la famille déménagera dans la paroisse voisine de Saint-Pierre-d'Aurillac.

Pour remonter plus loin...

Je remercie une nouvelle fois Thierry Wangermez et Paulette Seguin pour leur aide dans cette branche. Les informations données ici sont issues en très grande partie d'actes notariés (testaments, contrats de mariage), plus détaillés que les actes paroissiaux mais très difficiles à déchiffrer !

 

 

Le couple le plus ancien trouvé est celui formé par Naudinet FLOUS  18976 et son épouse Marguerite DAUBIN  18977 . Ils sont bourgeois et vivent dans la ville de St-Macaire à la charnière entre le XVème et le XVIème siècle. Parmi leurs enfants sont cités :

 

Menaut FLOUS  9488 , lui aussi bourgeois de St-Macaire, fait un premier mariage, en 1547 (enfin une date !) avec une jeune femme du nom de Guiraude de la ROCQUE  9489 . De cette première union sortent au moins 3 enfants :

Mais Guiraude de la ROCQUE  9489 venant à décéder jeune, notre Menaut FLOUS  9488 prend pour seconde épouse Pellegrie MARC, avec laquelle il a des jumelles :

A la fin de sa vie et malade, Menaut FLOUS  9488 fait établir un testament le 7 novembre 1580, peu après le décès de sa première épouse, puis un codicille le 21 novembre 1585 alors qu'ils s'est remarié. Dans son testament, il nomme ses fils Jehannot et Arnaud pour héritiers universels, son frère Peys FLOUS et son cousin le cordonnier Jean DAUBIN pour exécuteurs testamentaires, et sa fille Jehannette héritière particulière. Il donne à cette dernière 50 écus de dot et 2 vignes à Sainte-Croix-du-Mont. Menaut donne à son autre fille Izabeau 100 écus et une terre à St-Macaire. Il lègue enfin 10 écus à son petit-fils et filleul Menaut RUFZ.

Puis, dans son codicille, Menaut FLOUS  9488 donne l'usufruit de tous ses biens à sa nouvelle femme Pellegrie MARC, et 20 écus de plus à son fils Arnaud pour "précépot" : il semble que le partage des biens entre les 2 frères lors du testament ait été à l'avantage de Jehannot. Mais surtout, depuis le testament, la petite Izabeau est née : son père lui lègue 50 écus de dot quand elle se mariera ainsi qu'une pièce de vigne avec la maison à la Vivade. Rien de ce qui a été écrit lors du testament n'est changé : Menaut FLOUS  9488 peut alors mourir tranquille.

 

 

 

Jehannet ou Jehannot FLOUS  4744 est bien sûr un bourgeois, mais il fait surtout partie de l'armée : il sert sous le grade de capitaine. Il va lui aussi faire 2 mariages. D'abord avec Catherine GALLETRY, un nom que nous connaissons déjà... Dans la première branche FLOUS, notre ancêtre Guilhem FLOUS 4736 a aussi épousé une Peyronne de GALLETRY 4737 . Il s'agit de la même famille, car Catherine GALLETRY est la fille de Menauld, frère de Peyronne de GALLETRY. C'est ainsi que Jehannet FLOUS  4744 et Catherine GALLETRY ont 3 enfants dont des jumeaux :

La jeune mère de famille décède après cette dernière naissance, et Jehannet FLOUS  4744 se remarie avec Marguerite de BOESSE, de BOYSSE ou de BOISSE 4745 , toujours à St-Macaire. Cette jeune femme est elle aussi issue d'une grande famille, puisque parmi ses 2 frères, Johannet de BOYSSE et Geoffret de BOYSSE, le second est avocat à la cour de Parlement de Bordeaux.

Ils ont 4 autres bambins :

Jehannet FLOUS  4744 décède avant 1613, date du mariage de sa fille Suzanne. Marguerite de BOISSE est décédée après.

 

C'est donc bien cet Estienne FLOUS  2372 qui va nous intéresser. Nous ne connaissons qu'un seul mariage de ce jeune bourgeois, mais je pense qu'il a du se marier avant car il aurait eu son premier enfant à l'âge de 38 ans... Il n'y a pourtant rien d'autre dans les registres ; sans doute cet éventuel premier mariage a-t-il eu lieu ailleurs qu'à St-Macaire ? Son mariage connu est celui avec Françoise CASTANDET 2373 le 16 septembre 1634, toujours à St-Macaire. Ils ont au moins 4 ou 5 enfants :

 

 

 

Pour remonter plus loin...

Je fais une pause ici, car tous les éléments ci-dessus n'ont pas été évidents à mettre en place. Ils sont souvent le fruit de déductions et de recoupements de divers actes. Tout d'abord le testament d'Estienne FLOUS en 1669 cite sa femme Françoise CASTANDET, et ses enfants Marguerite, Marsalle et Etienne. Il donne aussi le nom de son exécuteur testamentaire, Jean LAMOUSSET, qui est son cousin (dixit l'acte). Jean LAMOUSSET est le fils d'un autre Jean LAMOUSSET et d'Izabeau FLOUS, et dans le contrat de mariage de ses parents, retenu par Maître RUFZ le 7 février 1604, on lit que les parents d'Izabeau sont Menaut FLOUS et Pellegrie MARC. Le grand-père de notre Estienne FLOUS 2372 est donc Menaut FLOUS.

En établissant la généalogie de ce Menaut FLOUS, on constate ses 2 mariages, et surtout que ses 2 fils Jehannot et Arnaud ont tous les deux un enfant nommé Estienne. L'un, fils d'Arnaud FLOUS et de Naudine BEYRIES, est né en 1594 ; l'autre, fils de Jehannot FLOUS et Marguerite de BOISSE, est né en 1597. Comment déterminer lequel est notre ancêtre ?

En analysant les parrains et marraines des enfants des 2 Estiennes, on remarque certains noms. Estienne fils d'Arnaud a un fils aussi nommé Arnaud, né en 1625 dont le parrain est Arnaud FLOUS, et une fille, Marie, née en 1630, dont la marraine est Naudine BEYRIES. Il est courant de nommer parrain ou marraine un des grands-parents du nouveau-né. Tout laisse supposer que Estienne FLOUS, époux de Jeanne DUPIN et père des 2 enfants que je viens de citer, est le fils d'Arnaud FLOUS et de Naudine BEYRIES.

Un autre Estienne FLOUS, mari de Françoise DELUX, a aussi un fils François né en 1643, dont la marraine est aussi Naudine BEYRIES. On remarque autre chose : Estienne FLOUS et Jeanne DUPIN ont des enfants de 1625 à 1639, et plus rien après. Estienne FLOUS et Françoise DELUX ont des enfants à partir de 1643. Là encore, on peut déduire qu'il s'agit du même Estienne FLOUS qui a fait 2 mariages, d'abord avec Jeanne DUPIN, ensuite avec Françoise DELUX.

Donc, si cet Estienne FLOUS est le fils d'Arnaud FLOUS et de Naudine BEYRIES, c'est celui qui est né en 1594. Celui marié avec Françoise CASTANDET serait donc l'autre, fils de Jehannot FLOUS et Marguerite de BOISSE, né en 1594. Le parrain de Marie, fille aînée de cet Estienne FLOUS et Françoise CASTANDET, née en 1635, s'appelle Geoffre BOISSE... Cela confirme la théorie.

Le testament de Menaut FLOUS en 1580 confirme que Jehannot et Arnaud son bien ses fils à lui et à Guiraude de la ROCQUE. Mais on trouve un autre Jehannot FLOUS époux de Catherine GALLETRY dans les registres. Qui est-il par rapport au nôtre ? Ce couple a des jumeaux nés en 1585 ; le parrain de l'un d'eux (François) est François RUFZ, le mari de Jehannette FLOUS et beau-frère de Jehannot. Sa marraine est Pellegrie MARC, marâtre de Jehannot. La dernière fille du couple, Marie, née en 1587, se marie en 1606, et son témoin est sa marâtre Marguerite de BOISSE. Cela prouve que Jehannot s'est lui aussi marié 2 fois, d'abord avec Catherine GALLETRY, ensuite avec Marguerite de BOISSE.

Les frères de Marguerite de BOISSE de BOISSE sont cités dans le contrat de mariage de Suzanne FLOUS avec Jehan CHAILLON en 1613.

Pour finir, le contrat de mariage de Menaut FLOUS et Guiraude de la ROCQUE, établi le 25 août 1547 par le notaire BOYSSE, indique que les parents du futur marié sont Naudinet FLOUS et Marguerite DAUBIN.

Estienne FLOUS  1186 est celui qui quitte sa ville natale de St-Macaire pour aller s'établir dans la paroisse voisine de Saint-Pierre-d'Aurillac. Il y exploite une propriété bordée par le chemin de Massac : on donne alors à Etienne le surnom de Massac ! Comme en témoigne son acte de décès, il est dit "Sieur Flous de Massac". Aujourd'hui, le nom de ce chemin a changé : il s'appelle tout simplement le chemin Flous ! Le ruisseau qui le longe porte également le même nom.

 

Saint-Pierre-d'Aurillac
A gauche : la paroisse du Pian-sur-Garonne. A droite, la propriété des FLOUS à Saint-Pierre d'Aurillac (chemin de Massac)

 

Dans le registre des naissances de St-Pierre d’Aurillac, à la date du 25 avril 1675, le curé a consigné les gardes de l'église qui ont été élus pour l'année 1676. Parmi eux, Sieur Etienne FLOUS 1186 était jusque là garde de l'église, mais à cette date, il nomme en son lieu et place Antoine LABAU garde de l’église. Une sorte de passation de pouvoir...

Pour remonter plus loin...

Quel est le rôle d'un "garde de l'église" ? J'en ai trouvé deux possibles. Il peut s'agir d'un garde au sens physique du terme, celui qui possède la clé du bâtiment, qui est en charge de contrôler son accès et d'entretenir cette église. Mais il y a un second sens qui a ma préférence. Le roi ou un grand seigneur local a le devoir de prendre certaines églises sous sa protection ; il accorde alors à ces églises des droits et des privilèges, et ce depuis le Moyen-Age. Mais il y a en réalité plusieurs Estienne FLOUS qui vivent à la même période entre St-Pierre d'Aurillac et St-Macaire (voir la liste ci-dessous). Comment savoir si le garde de l'église en question est notre ancêtre ou bien cet Estienne FLOUS ?

Où trouver la naissance d'Etienne FLOUS 1186 ? Il serait né vers 1642 puisque décédé en 1707 à 65 ans. A St-Pierre-d'Aurillac, les registres de naissance ne commencent qu'à partir de 1651. A St-Macaire, dans cette période, j'ai trouvé beaucoup d'Estienne FLOUS mais juste 2 en tant que nouveau-nés :

  • Un sieur Estienne FLOUS et Françoise CATTANDET (ou CASTANDET ou CARTAUDET) ont pour filles Catherine née le 28 août 1635, Jehanne née le 13 mai 1637, et Marguerite le 10 avril 1639.
  • Un autre Etienne FLOUS et Jeanne DUPIN ont pour fils François né le 16 septembre 1635, Estienne né le 17 décembre 1637, Pierre le 10 mars 1659 (marraine : Jeanne LABARRIERE).
  • Le 3 février 1643, j'ai trouvé la naissance de jumeaux, François et Geoffré FLOUS, fils d'Estienne FLOUS et Françoise DELUX ou DELUS, bientôt suivis par leur soeur Marie le 11 février 1644, puis Pierre le 19 août 1646.
  • J'ai aussi trouvé une Maria née en 1635, un Estienne FLOUS né le 17 août 1638, une autre Marie FLOUS née le 11 novembre 1644, et une Jeanne FLOUS née le 2 février 1648, Marie née le 15 octobre 1650, tous enfants de François FLOUS et de Jeanne LABARRIERE (les frère et soeur de Etienne et Marie ?).
  • Mais c'est pas tout, un autre couple, Etienne FLOUS et Izabeau JANAU ont une fille, Marguerite, le 20 septembre 1652.
  • Il y a un autre Estienne de FLOUS, marié avec une Barthélémié DULAC, et qui ont plusieurs enfants (Françoise (1674), Jean (1676)).

Le Etienne FLOUS né en 1637 et fils d'autre Etienne FLOUS pourrait être notre FLOUS de Massac... Mais il faudrait pouvoir le prouver. La difficulté est qu'entre St-Macaire et St-Pierre d'Aurillac, on trouve des actes dans une des deux paroisses, qui concernent des gens qui habitent dans l'autre !

Saint-Pierre-d'Aurillac
Saint-Pierre d'Aurillac - La route nationale

 

 

Estienne "Massac" FLOUS  1186 fait un premier mariage avec Barthélémie DULUC, et s'installe à Saint-Pierre-d'Aurillac. Ensemble, ils y ont 2 enfants :

Mais le décès précipité de la pauvre Barthélémie DULUC va chambouler le destin de la famille. Massac va devoir trouver une nouvelle épouse...

 

Les LABARRIERE, que nous avons vus un peu plus haut, sont du Pian-sur-Garonne ; les FLOUS de Massac sont, eux, de St-Pierre d’Aurillac. Comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessus, ces deux communes sont voisines, les terres des uns et des autres sont mittoyennes. Cette proximité géographique va favoriser le rapprochement entre les deux familles.

Sieur Estienne "Massac" FLOUS  1186 épouse donc Marie LABARRIERE  1187 le 18 avril 1681, au Pian-sur-Garonne, puisque la jeune mariée y est née. Ensemble, ils ont 4 enfants tous nés à St-Pierre d’Aurillac :

Etienne Massac FLOUS  1186 a 65 ans quand il meurt le 8 décembre 1707, à St-Macaire. Je pense que Marie LABARRIERE  1187 est, elle, décédée de mort subite le 1er avril 1709, à St-Pierre d’Aurillac, à 48 ans. Je n'en ai pas la certitude, car son acte de décès ne mentionne pas le nom de son mari.

Pour remonter plus loin...

A St-Pierre d'Aurillac, je n'ai pas les naissances de Marguerite (1683) et Arnaud (1684) FLOUS, car il y a un trou entre 1681 et 1689.

Pour le décès de Marie LABARRIERE, je ne suis pas certain qu'il s'agisse bien de la notre, vu qu'il n'y a aucun autre nom cité dans l'acte. C'était un nom courant, et j'ai trouvé plein d'actes de décès concernant une Marie LABARRIERE, entre 1689 et 1730. Mais cet acte est celui qui se rapproche le plus de notre ancêtre, même si il y a un écart entre l'âge donné dans l'acte (40 ans en 1709, elle serait donc née en 1669) et sa date de naissance réelle (1661).

 

C'est ici que le rapprochement des FLOUS de St-Macaire avec les FLOUS de Massac va s'opérer.

 

En effet, le 1er août 1709, Charles FLOUS  592  épouse Jeanne FLOUS (de Massac) 593  à St-Pierre d’Aurillac. Ils ont 4 enfants nés aussi à St-Pierre d’Aurillac :

 

 

Pour remonter plus loin...

J'ai cherché tous les enfants de Charles FLOUS dans les registres de St-Pierre d'Aurillac, et je ne trouve pas celui de Pierre Joseph. Pourtant, il y a un trou assez grand entre 1714 et 1722, assez pour qu'il naisse dans cette période. Alors où chercher ? J'ai bien sûr pensé aux registres de Saint Macaire, et à celles du Pian-sur-Garonne : rien non plus. Alors où est né ce Pierre Joseph ?

 

Les signatures de Charles FLOUS et Jeanne FLOUS DE MASSAC :

Signature Charles Flous   Signature Jeanne Flous

 

Charles meurt de maladie, comme le précise son acte de décès, le 16 janvier 1755, à l'âge de 77 ans, et son épouse le 1er avril 1768, à 83 ans, tous deux à St-Pierre d’Aurillac.

 

Comme ses ancêtres, Menaut FLOUS  296  devient jurat de la ville de St-Macaire en 1754.

( suite )

 

Saint-Pierre d'Aurillac
Saint-Pierre d'Aurillac - Bords de Garonne

 

Branche CHAUMETTE

La branche CHAUMETTE est originaire de Langon. La ville de Langon est avant tout un port sur la rive gauche de la Garonne, vis-à-vis de Saint-Macaire, idéalement située entre Agen et Bordeaux. Placée sur un territoire de Graves, elle peut ainsi exporter son vin et de l'eau-de-vie par voie fluviale, tout comme les vins blancs du Sauternais, et concurrencer par la même occasion le commerce du vin bordelais.

Les plus anciens représentants connus de cette branche sont Bernard CHAUMETTE  1188 et son épouse Claire DURIBAUT  1189 , un couple de bourgeois marchands établis dans cette ville.

 

La signature de Bernard CHAUMETTE : Signature Bernard Chaumette

 

C'est d'ailleurs certainement là que sont nés leurs enfants, Pierre CHAUMETTE  594 et Charles CHAUMETTE, même si je n'en ai aucune preuve pour l'instant.

Pour remonter plus loin...

Il faut trouver la naissance de Pierre CHAUMETTE, vers 1696 ou avant, à Langon. Si possible, le mariage de ses parents. Les registres de Langon ne commencent qu'à partir de 1737...

D'après le site "Amitiés Généalogiques Bordelaises", Bernard CHAUMETTE et sa femme auraient établi un testament en 1726, testament dont je n'ai pas pu lire le contenu, ce site ayant décidé depuis le début de l'année 2013 de faire payer les informations fournies gracieusement par les bénévoles, refusant le principe de la généalogie libre. Le terme "Amitiés" ne devrait-il pas évoquer le partage, plutôt que le commerce ? Si nous faisions tous comme cela, nous régresserions...

Pierre CHAUMETTE  594 devient lui aussi bourgeois et marchand à Langon. Son frère suit également le même chemin ; ce dernier aurait également fait un testament avec sa femme Jeanne BAPPEL, une première fois en 1737, et une seconde en 1753.

Leur père Bernard CHAUMETTE  1188 est inhumé le 6 avril 1732 à Langon.

Pour remonter plus loin...

Cette information sur le décès de Bernard CHAUMETTE est issue de l'inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 pour la Gironde, série E suppl. 1969, registre GG 8, In 4e, 168 feuillets.

Dans ce même document, on apprend qu'un autre Pierre CHAUMETTE, fils de Bernard, est ancien lieutenant, et qu'il a été inhumé le 11 mars 1724.

Il faudrait retrouver ces 2 décès dans les registres.

 

( suite )

 

Saint-Pierre d'Aurillac
Le Langonnais : Langon, Saint-Macaire, Saint-Pierre d'Aurillac, Le Pian-sur-Garonne

Branche LANDÉ

Restons à Langon, car c'est là que Jean LANDE  2380  (prononcez : Landé) est notaire royal, avec son épouse Jeanne RODIER  2381 . Ils y ont un fils nommé François LANDE  1190 , né vers 1640. Devenu grand, celui-ci sera bourgeois à Langon et maître apothicaire, c'est-à-dire l'ancêtre du pharmacien. Mais c'est à Bordeaux qu'il va trouver l'amour...

 

La signature de Jean LANDE : Signature Jean Landé

 

( suite )

 

 

Branche CONSTANS ou COUSTANT

La branche CONSTANS (ou COUSTANT suivant les actes) nous ramène à Bordeaux, au milieu du XVIIème siècle. Elle commence par une personalité reconnue dans son métier, ou devrais-je dire dans son art : il s'agit de Pierre COUSTANS  2382 qui est maître potier d'étain. Ce métier de potier d'étain consiste à fabriquer, sur un tour, de la vaisselle et autres contenants, non plus comme avant le XIVème siècle en terre ou en bois, mais en étain. En effet, pour remplir les caisses du royaume, Louis XIV ordonna que ses sujets lui remettent leurs vaisselles faites en or et en argent, pour les faire fondre. L'étain étant un métal moins coûteux, cette profession prit à cette époque un essor très important. Elle conservera une grande place dans la société jusqu'à la Révolution française, période où les ustensiles furent progressivement remplacés par de la faïence et de la porcelaine.

Il est aussi dit "maître pintier" dans certains actes. "Maître" veut dire qu'il s'entoure d'apprentis qu'il forme pour assurer la relève et transmettre son précieux savoir. "Pintier" signifie qu'il est spécialisé dans la fabrication de récipients de mesure pour les liquides. En effet, la pinte est l'unité de mesure "étalon" des volumes de liquide, avant l'entrée en vigueur du système métrique ; elle équivaut à près d'un litre. Pour les soiffards qui me lisent, la chopine équivaut à la moitié d'une pinte, alors que la velte en vaut 8 ! A votre santé...

 

Saint-Pierre d'Aurillac     Le Potier d'étain     Le Potier d'étain
A gauche : Potier d'étain, planche 1ère, Tome VIII de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1771 - Source : ENCCR de l'Encyclopédie - A droite : Poinçon de Pierre COUSTANT - Source : Revue Historique de Bordeaux avril-juin 1938

 

Le poinçon dont le maître marque ses créations est de forme circulaire : on trouve au centre une hermine coiffée d'une couronne de comte flanquée de 4 étoiles. Dans la partie supérieure est inscrit "P. COUSTANT", et dans la partie inférieure se trouvent 2 palmes.

Au-dessus se trouve le poinçon de qualité du métal, précisant l'affinage de l'alliage par ces mots : "ESTAIN-RA-FINE" (étain raffiné). Encore au-dessus, le poinçon de contrôle en forme de croix donne d'autres indications :

Tous ces poinçons peuvent avoir des variantes suivant les pièces produites.

 

La signature de Pierre COUSTANT : Signature Jean Landé

 

Pierre COUSTANS  2382 et son épouse Catherine LUPIEN  2383 tiennent donc une boutique dans laquelle ils vendent leur production. Ce sont donc des bourgeois qui ont au moins 6 enfants nés à Bordeaux :

Pour remonter plus loin...

Si j'ai trouvé les naissances des 4 derniers enfants, dans les registres des Archives municipales de Bordeaux, il n'en va pas de même pour celle de Pierre COUSTANT le fils aîné. Il est pourtant cité dans une lettre du 11 octobre 1701 signée Catherine LUPIEN et rapportée par Bernard VENOT : Catherine LUPIEN y écrit que sa belle-fille Anne LANDE est veuve de feu Pierre COUSTANT son fils aîné. Sur l'acte de mariage de sa soeur Marguerite, il est dit habitant de la paroisse St-Michel. Je n'ai rien trouvé avant 1702, mais j'en ai trouvé un le 6 août 1715 : pas de nom de sa femme ni de ses parents, sauf son âge de 63 ans le faisant naître en 1652. Ca collerait, mais la date de la lettre ne correspond alors pas... Je n'ai pas trouvé sa naissance dans ce registre après le 24 novembre 1650 (page 251) .

Quant à Catherine CONSTANT, elle est enterrée le 1er février 1699, veuve de Gabriel PONCET. Ce Gabriel est cité comme témoin et beau-frère de Marguerite COUSTANS à son mariage en 1676, donc cette Catherine fait bien partie de la fratrie. Catherine et Gabriel ont eu des enfants, dont la première eest née en 1664, nous dit cette généanaute. Ils sont donc mariés avant 1663, ce qui la fait naître avant 1643. Je la cherche dans ce registre page 600 en remontant.

Je n'ai pas le décès de Pierre COUSTANT  2382 , mais il est mort avant 1676 au mariage de sa fille Marguerite. Après cette disparition, sa veuve Catherine LUPIEN  2383 tient la boutique avec son fils Antoine, et sans doute Pierre l'aîné avant sa mort. Les successeurs continuent d'apposer le poinçon de feu leur père sur la production, avec l'aval de leur mère, comme ils en ont le droit d'après les statuts des potiers d'étain.

Pour remonter plus loin...

Dans l'ouvrage de Yannick Chassin du Guerny, "Documents généalogiques sur les potiers d'étain de Guyenne", la page 79/319 nous dit que Pierre COUSTANS, le père, est "mort en charge l'année 1660". Malheureusement, les AM Bordeaux ne donnent les décès à Ste-Colombe qu'à partir de 1668. Je ne peux donc pas vérifier cette date.

 

Le 9 juin 1676, alors qu'il a 36 ans, François LANDE  1190 épouse une jeune bordelaise de 17 ans, Marguerite COUSTANT  1191 à la paroisse de Sainte-Colombe à Bordeaux.

Les deux frères de la jeune mariée, Pierre et Antoine COUSTANT, tous deux bourgeois et potiers d'étain comme leur papa, sont témoins à l'union de François LANDE et de Marguerite.

 

Les signatures de François LANDE et Marguerite COUSTANT :

Signature François Landé   Signature Marguerite Coustant
Pour remonter plus loin...

Il faut trouver l'acte de naissance de François LANDE, vers 1640, à Langon, et le mariage de ses parents. Pas en ligne avant 1737.

Aussi la naissance de Marguerite COUSTANT, vers 1659 à Bordeaux, paroisse Ste-Colombe : il n'y a que les mariages et les décès sur le site des Archives Bordeaux Métropole. Chercher paroisse St-André.

Je n'ai pas non plus trouvé le mariage de ses parents dans les tables paroissiales (chercher ailleurs qu'à Ste-Colombe).

Je n'ai pas le décès de Pierre COUSTANT, ni celui de sa fille Marguerite COUSTANT, ni de Jean LANDE, ni de François LANDE, ni de Jeanne RODIO dans les tables paroissiales de St-Colombe. Mais j'ai le décès de Hélène CONSTANT le 20 janvier 1695, de Catherine CONSTANT le 1er février 1699, Jeanne COUSTANT le 21 mars 1733. Peut-être à Langon ?

A Langon, j'ai trouvé un décès de Marie COUSTANT le 29 mai 1748 âgée de 72 ans (donc née vers 1676), femme de Sieur Joseph LUCBERT, marchand de Langon.

Ste-Colombe   Ste-Colombe
A gauche : Gravure de Ste-Colombe à Bordeaux, tirée de l'ouvrage "Souvenirs bordelais - L'ancienne paroisse Sainte-Colombe" de Théodore Ricaud,
Editeurs Ferret & Fils, 1911-1913 (Bibliothèque de l'Université de Bordeaux) - A droite : les emplacements des 2 églises Ste-Colombe (Dessin : Christophe Ducos).

La paroisse Sainte-Colombe a aujourd'hui disparu à Bordeaux, avec l'église du même nom où est née Marguerite. L'ouvrage "Souvenirs bordelais - L'ancienne paroisse Sainte-Colombe" de Théodore Ricaud nous indique qu'au XVIIème, elle couvrait une étendue limitée par la rue Neuve à l'est, par le Peugue au nord, la rue Coffey (impasse Maucouyade) à l'ouest, et par la paroisse Saint-Eloy au sud. Mais Léo Drouyn dessine l'emplacement de la première église Sainte-Colombe un peu plus vers l'est, sur ce qui est aujourd'hui la rue Sainte-Colombe, entre la place Fernand Lafargue (ancienne "place du Marché") et la rue Neuve. J'ai reproduit son emplacement sur le plan ci-dessus, avec les rues actuelles.

Cependant, un terrible événement se produit en 1427 : un tremblement de terre dont l'épicentre est situé en Catalogne secoue Bordeaux et détruit entre autres cette église Sainte-Colombe ! C'est en 1525 seulement que l'on décide de la reconstruire, mais avec une petite modification. Cette seconde église, légèrement déplacée et agrandie, est alors bâtie rue Buhan (ancienne rue ?). Elle doit cependant attendre 1742 pour être consacrée ! Malheureusement, sous la Révolution, un nouveau découpage des paroisses aboutit à sa destruction... Celle-ci dura jusqu'en 1854 ! Seule une des clés de voute de cette église subsiste aujourd'hui, visible sur un pan de mur au n°4 de la rue Buhan, à Bordeaux.

 

 

François LANDE  1190 et Marguerite CONSTANT  1191 ont 4 enfants :

 

Pour remonter plus loin...

Trouver la naissance d'Anne LANDE, après 1677, à Bordeaux, paroisse Ste-Colombe, et peut-être son frère et sa soeur. Mais la paroisse Ste-Colombe ne comprend que des mariages et des décès : les naissances sont à chercher dans la paroisse St-André, une des 3 seules paroisses de Bordeaux habilitées à célébrer les baptêmes, avec St-Seurin et Ste-Croix. On trouve 3 Anne LANDE :

  • née le 21 décembre 1680, fille de Jean LANDIE et Jeanne BENEY.
  • née le 18 juillet 1683, fille de François LANDE et Marie PEYRON.
  • née le 1er avril 1694, fille de Jean LANDE et Catherine MACHECOUR.

Mais aucune n'a pour mère une COUSTANT ; or on a dans l'acte de naissance de Bernard CHAUMETTE en 1718, la marraine est Marie COUSTANT "grand'tante", ce qui signifie que sa grand'mère, la mère d'Anne LANDE, est la soeur de Marie COUSTANT, et donc qu'elle porte ce nom. De plus, aucune des trois n'a de soeur appelée Jeanne. Faut-il chercher la naissance d'Anne LANDE dans une autre paroisse de Bordeaux que celle de St-André ?

Comment la rencontre entre Pierre CHAUMETTE  594 et Anne LANDE 595 a-t-elle pu se produire ? Certainement comme cela : Pierre est venu de Langon pour ses affaires, car il est potier d'étain, dans la capitale girondine. Il semble être en affaire avec les potiers d'étain de la famille LANDE. Ces voyages répétés à Bordeaux lui permettent d'entrer en relation avec la bordelaise Anne LANDE  595 , et les sentiments finissent par prendre le dessus...

Alors que l'idée d'un mariage se précise, les deux amoureux concluent un contrat de mariage le 2 avril 1716 devant Maître BOLLE, notaire à Bordeaux. Pierre CHAUMETTE  594 s'est déjà installé dans la capitale girondine, habitant dans la rue Ste-Colombe, pour y exercer son métier de marchand. Anne LANDE  595 habite la même rue, ce qui simplifie beaucoup de choses. Cependant, à 39 ans, la jeune fille a déjà perdu ses deux parents. Par ce contrat de mariage, le père du futur époux, Bernard CHAUMETTE  1188 , lui donne 5 000 livres en avancement d'hoirie en attendant sa future succession. Quant à la future épouse, qui a déjà hérité de ses défunts parents, elle se constitue une dot très importante de 10 000 livres, avec des biens immeubles à Toulenne, Langon et Saint-Pey, plus divers biens meubles, effets et ustensiles. Le contrat prévoit également la somme de 1 000 livres en bagues et joyaux pour la jeune femme.

Deux semaines et demi plus tard, le 20 avril 1716, c'est le grand jour ! Pierre CHAUMETTE  594 épouse Anne LANDE  595 , dans une chapelle domestique appartenant au Sieur BALAN, un autre bourgeois bordelais, dans la paroisse de Talence. Puis le couple s'installe à Bordeaux, toujours dans la paroisse Ste-Colombe où naissent leurs 6 enfants :

 

Les signatures de Pierre CHAUMETTE et Anne LANDE :

Signature Pierre Chaumette   Signature Anne Landé

 

Je ne trouve malheureusement pas le décès de Pierre CHAUMETTE  594 ni celui d' Anne LANDE  595 . Suivant le contrat de mariage, à la mort du premier des deux époux, l'autre touche la somme de 1 000 livres

Pour remonter plus loin...

Je n'ai pas trouvé le décès de Pierre CHAUMETTE, entre 1728 et 1778, ni à Bordeaux Ste-Colombe, ni à Langon. Alors où est-il allé mourir ?

Par contre, à Langon, il semble y avoir un autre Pierre CHAUMETTE : marié à Marie BARDON, ils ont plusieurs enfants : Jean CHAUMETTE (né le 27 août 1755 et mort à 18 ans le 20 mars 1774), Jeanne (née le 7 mars 1758), Marie (née le 1er août 1761), Jeanne (née le 3 septembre 1774). Un sieur Charles CHAUMETTE, époux de demoiselle Jeanne BAPEL est mort à 82 ans le 27 juin 1767. Il y a aussi un mariage de Catherine CHAUMETTE, fille de Bernard CHAUMETTE bourgeois et de Anne DUPIN, le 30 avril 1774 (ce Bernard n'est pas notre ancêtre Sosa 1188).

 

Le 14 janvier 1741, au Pian-sur-Garonne, Menaut FLOUS  296 épouse Jeanne Angélique CHAUMETTE  297 . Trois mois auparavant, Jeanne Angélique avait quitté Bordeaux pour venir s'installer dans la paroisse Notre-Dame du Pian-sur-Garonne, dans la juridiction de St-Macaire, sans doute pour se rapprocher de son fiancé.

 

Les signatures de Menaut FLOUS et Jeanne Angélique CHAUMETTE :

Signature Menaut Flous   Signature Jeanne Angélique Chaumette

 

 

Mais c'est à St-Macaire que les jeunes mariés s'installent finalement, dans la paroisse de Saint-Martin. Menaut FLOUS  296 , qui est bourgeois et jurat de cette ville, et Jeanne Angélique CHAUMETTE  297 ont 13 enfants tous nés à St-Macaire, mais peu ont survécu :

 

Saint-Macaire
Saint-Macaire - La Porte de l'horloge

A Saint-Macaire, on note que Menaut FLOUS est dit "ancien jurat" en 1756, sur l'acte de naissance de sa fille Jeanne. Il y a une raison bien précise à celà : Menaut est tombé en démence ! Il est en proie à un déclin des fonctions cognitives, avec une altération de la pensée et du jugement qui rend sa vie sociale et familiale très compliquée. Jeanne Angélique prend alors la difficile décision de se séparer de lui. Avec ses enfants, elle part vivre quelques temps rue Permentade, quartier Saint-Michel à Bordeaux.

 

Saint-Macaire
Le bourdieu de Listrac : le Domaine de Granges - Source : Les réfugiés jacobites dans la France du XVIIIe siècle, de Patrick Clarke de Dromantin, Presses universitaires de Bordeaux

Carte Bordeaux-Listrac

Il faut savoir que Jeanne LANDE, la tante de Jeanne Angélique, possède un bourdieu au lieu de Cantegric à Listrac, attenant à la propriété de Lestage. Le nom Cantegric signifie "le grillon qui chante".

Ce bourdieu est en fait une propriété viticole (avec une maison, un jardin, un verger, une basse-cour et des vignes) qui s'appelle le Domaine de Grange. Le 27 février 1771, ce domaine est racheté par le négociant Tobie CLARKE pour 94 000 livres, qui fait construire un château en lieu et place, en 1818.

De cette maison de Cantegric ne reste aujourd'hui que quelques pierres, à l'angle de l'entrée principale du Château Clarke, aujourd'hui propriété de la famille ROTHSCHILD.

 

 

 

 

Lieu de Cantegric, entre Lestage (à gauche) et le Château Clarke (à droite)
Le lieu de Cantegric à Listrac, entre le Château Lestage (à gauche) et le Château Clarke (à droite)

 

A droite de l'entrée du Château Clarke   A droite de l'entrée du Château Clarke   A droite de l'entrée du Château Clarke
A droite de l'entrée du Château Clarke, les quelques pierres qui restent proviennent de l'ancienne maison de Cantegric. Photos : Christophe Ducos

 

Mais pour l'instant, nous sommes le 15 septembre 1765 et Jeanne LANDE, restée célibataire et sans enfant, décède ce jour à Bordeaux. Dans son testament, elle écarte de sa succession ses neveux Bernard et Pierre CHAUMETTE, avec qui elle ne devait pas être en très bons termes, au profit de Jeanne Angélique et de ses enfants. Jeanne Angélique hérite donc du bourdieu de Cantegric et avec deux de ses enfants, Théodore et Jeanne (celle née en 1744), elle part s'y installer.

Pour remonter plus loin...

Je n'ai pas le décès de Ménaut FLOUS, sans doute à St-Macaire et après 1759 (J'ai parcouru les registres de la paroisse de St Sauveur sans rien trouver ; mais j'ai trouvé le décès de sa fille Marie en 1761 dans les registres de la paroisse de St-Martin, par contre son décès à lui ne s'y trouve pas, jusqu'en 1770). Il semble qu'il ne soit pas mort à St-Macaire. Aurait-il été conduit dans un hôpital psychiatrique (de l'époque) dans une autre ville où il serait mort ? J'ai bien sûr pensé à voir les registres de Cadillac de 1759 jusqu'à l'an XI : rien non plus. Il est mort avant 1784, car indiqué "feu Menaut FLOUS" dans l'acte de mariage de Théodore.

Je n'ai pas non plus le décès de Jeanne-Angélique CHAUMETTE, certainement à Listrac et après 1792 (marraine de Pierre Constant FLOUS à sa naissance). Les registres ne vont que jusqu'en 1791, reprennent pour l'an XII (1804 où elle n'est pas), puis à partir de 1809 où elle n'est pas non plus. Elle est sans doute décédée entre 1793 et 1803, ou bien entre 1805 et 1808. A voir si ces regsitres passent un jour en ligne...

Le jeune Théodore FLOUS  148 tient d'abord une fonderie à Lestage, et fait commerce des objets qu'il fabrique. Ce fonds de commerce, pour une valeur estimée de 150 livres, appartient à sa mère, mais il est noté dans son contrat de mariage qu'il en héritera, lui et lui seul, au décès de celle-ci.


La propriété voisine de Lestage appartient depuis environ 1730 à la famille MOTMANS, qui ne réside pas sur les lieux, préférant habiter Paris. La demoiselle Thérèse MOTMANS confie alors le domaine à son voisin Théodore FLOUS  148  , qui en devient le régisseur.

 

Le Chateau Lestage
Listrac-Médoc - Le Château Lestage


Pour reprendre le cours de l'histoire familiale, c'est le 23 janvier 1784 que Théodore FLOUS  148  épouse Marie LAMORERE  149  à Moulis. Mais c’est à Listrac que les mariés s'installent, plus précisément au lieu de Lestage (parfois écrit L'Estage), 86 ans avant que le célèbre château éponyme ne soit construit. Le jeune couple élève ses enfants :

 

Pour remonter plus loin...

Théodore FLOUS et Marie LAMORERE ont peut-etre eu d'autres enfants après 1792. Mais les registres de Listrac manquent entre 1793 et 1803, ou bien entre 1805 et 1808. Continuer les recherches quand ils seront en ligne.

 

Jean devient ensuite tonnelier à Listrac, au lieu de Lestage.

Lors de la Révolution Française, en 1791, des décrets rendent tout seigneur émigré passible de la confiscation de ses biens, considérés alors comme biens nationaux au même titre que ceux du clergé. En 1793, une loi précise les modalités de la vente de ces biens nationaux « de deuxième origine ». Cela va donner une idée à Théodore FLOUS qui convoite la propriété de Lestage.

 

La signature de Théodore FLOUS : Signature Théodore Flous

 

Le 29 vendémiaire de l’an III (20 octobre 1794), Théodore, qui a de grandes difficultés financières pour maintenir le domaine, écrit une lettre à la municipalité, où il déclare être sans nouvelles des propriétaires qui se soucient apparemment peu du domaine. Il se plaint également de ne pas pouvoir assumer sa gestion de Lestage s’il n’obtient pas d’aide financière. Le lendemain, la municipalité envoie une lettre au directoire du district, qui dénonce les héritiers MOTMANS comme émigrés. Les administrateurs demandent alors qu’un inventaire de leurs biens soit dressé, ce que réalise la municipalité : le 9 frimaire (29 novembre), le directoire du district confisque le domaine de Lestage au profit de la Nation et vend le mobilier. Théodore veut acquérir la propriété, mais ne dispose pas des moyens suffisants. L’adjudication de la ferme a lieu le 21 floréal (10 mai 1795), et c’est Michel BEDEL qui remporte les enchères pour 15 400 livres et qui se rend adjudicataire du domaine pour 3 ans. Lestage sera plus tard la propriété d’Armand SAINT-GUIRONS que sa famille conservera sur plusieurs générations. *1

Le recensement de Listrac pour l'année 1820, trouvé sur le site des Archives Départementales de la Gironde, nous indique que Théodore FLOUS  148 et sa femme vivent sous le même toit qu'un autre couple, Jean MAUREAU et son épouse, au bourg de Listrac qui compte à l'époque 64 maisons. Le foyer est aussi composé d'un enfant, une fille, sans aucun détail sur son identité.

Jean FLOUS  74 est aussi listé dans ce recensement de 1820, également au bourg de Listrac, avec sa femme et ses enfants, un garçon (que je n'ai pas encore identifié) et une fille (Catherine FLOUS  37) .

Théodore décède à 86 ans le 22 juin 1834, et son épouse Marie le 26 novembre 1842 à l'âge de 84 ans, chez eux à Lestage.

( suite )

 

 

Branche RICHEBON

 

 

De leur côté, le vigneron journalier Jacques RICHEBON  300 (né vers 1711) et sa femme Marie MARTIN  301 (née vers 1723) vivent au bourg de Listrac au milieu du XVIIIème siècle. Mais vers 1757, ils déménagent pour aller s'installer au village de Berniquet, puis au lieu de Peyrevade vers 1761, les deux lieux faisant partie de la paroisse de Listrac. Ils forment une famille de 10 ou 11 enfants :

 

Jacques RICHEBON  300 et Marie MARTIN  301 s'établissent enfin au lieu de Cantegric, aussi situé à Listrac. C'est là que Marie meurt le 27 juin 1783 à environ 60 ans, suivie de Jacques le 6 mai 1787 à l'âge de 76 ans.

Pour remonter plus loin...

Voir à Listrac si on peut trouver le mariage de Jacques RICHEBON et Marie MARTIN, avant 1741. Sinon, à Cartelègue ? Je ne trouve pas de naissance d'enfants RICHEBON, ni le mariage de Jacques RICHEBON et Marie MARTIN, avant 1756 à Listrac, ni à Moulis. Je n'ai pas non plus trouvé à Listrac la naissance de Marguerite (1741), ni André (1742). Il y a bien le mariage d'un Jacques RICHEBON et d'une Magdeleine MARTIN à Cartelègue près de Blaye, le 6 février 1747, mais c'est un autre couple. Pas de trace de Jeanne (1747) et Thomas.

Je ne trouve pas du tout la naissance de Pierre RICHEBON, vers 1758, à Listrac. ni à Moulis. Il est né ailleurs, avec ses frères et soeurs que je ne trouve pas, et c'est sans doute le lieu de mariage de ses parents. Rien à St-Laurent, ni à Cussac, ni à Lamarque, ni à Arcins, ni à Brach, ni à Castelnau.

Branche FAURE

Du côté de Moulis et d' Avensan, deux familles entrent dans la danse. En premier lieu, à Moulis, Jean FAURES 604 et son épouse Jeanne LISSANDRE 605 ont pour fils Jean FAURES 302 qui devient brassier et vigneron. Jeanne LISSANDRE 605 est née vers 1668 ; elle décèdera le 22 juillet 1748 à Moulis à près de 80 ans.

Non loin de là, à Avensan, Philippe AMBROY 606 et sa femme Marguerite GUICHET 607 ont pour fille Marguerite AMBROY 303 .

Pour remonter plus loin...

J'ai trouvé à Avensan le décès de Pierre GUICHET, le 9 janvier 1764, au lieu-dit La Castera. Il était bouvier au Château Citran. Il est mort de maladie à environ 75 ans (donc né vers 1689). Est-il le père de Marguerite GUICHET (Sosa 607) ? Je n'en sais encore rien, mais si c'était le cas, il serait notre ancêtre Sosa 1214.

 

Quand le jeune Jean FAURES 302 rencontre la belle Marguerite AMBROY 303 , commence alors une histoire d'amour qui connaît l'apothéose lors d'un mariage qui a lieu le 14 février 1747, dans la paroisse d' Avensan. Je leur connais 4 enfants, les deux premiers nés à Moulis (au lieu dit la Mouline de Sentout), et les deux derniers nés à Listrac (au lieu de Lestage) :

Mais c'est bien l'aînée de ces deux filles qui intéresse le jeune Pierre RICHEBON  150 ... A tel point que le 31 janvier 1778, il épouse Marie FAURES  151 dans l'église de Moulis.

 

Pour remonter plus loin...

Je n'ai pas trouvé à Listrac, ni à Moulis, ni à Avensan, le décès de Marguerite AMBROY avant 1778. Personne sur Généanet ne semble avoir trouvé son décès. Marguerite AMBROY doit être née à Avensan avant 1727, mais les registres ne sont qu'à partir de 1737.

J'ai trouvé le décès de Marie FAURE, après 1816 (mariage de sa fille) et le décès de sa soeur Marie née en 1753 est le 15 décembre 1816 à Listrac, et celui de son frère Jean né en 1755 est le 29 mars 1833 à Moulis, et celui de Pierre né en 1748 est le 11 janvier 1802 à Moulis.

Jean FAURE et Jeanne LISSANDRE sont mariés à Moulis le 4 février 1702, selon les Mariages 33 ; mais les registres manquent entre 1696 et 1737. Jeanne LISSANDRE est donc née vers 1668, et mariée après 1688. Les registres de Moulis commencent en 1692 (pas dans l'ordre) mais je n'y trouve rien.

Pierre  150  et Marie  151 s’installent à Moulis, au lieu dit le Petit Poujeau, là où naissent leurs 5 enfants :

La petite Catherine 75 devient cultivatrice et aide ses parents à travailler la vigne. Mais Pierre RICHEBON  150 décède à l'âge de 55 ans le 9 septembre 1813, seulement 3 ans avant le mariage de sa fille. Son épouse Marie FAURES  151 disparaît 3 ans après lui, le 14 décembre 1816, dans le domicile familial de Cantegrit à Listrac ; elle a alors 65 ans.

 

 

Jean FLOUS  74  le tonnelier et Catherine RICHEBON  75  se marient à Listrac le 24 février 1816. Ils s'installent dans la petite maison de Cantegric (lieu parfois écrit Cantegrit, ou Cantegris), où ils ont 4 enfants :

La famille possède dans ce lieu plusieurs pièces de vignes, un maison et un hangar sur un terrain de 30m². Ces biens seront transmis aux enfants ROSSIGNOL en 1886, comme on le verra plus loin.

 

La signature de Jean FLOUS : Signature Jean Flous

 

Jean  74  décède à l’Hôtel-Dieu à Bordeaux à seulement 58 ans le 7 décembre 1844. Fondé au XIVème siècle, l'Hôtel-Dieu était administré par l'Eglise, et avait pour but de soigner les pauvres, les orphelins et les pèlerins de passage sur la route de Compostelle : "hôtel" vient de l' "hospitalité" donnée envers les nécessiteux. Aujourd'hui disparu, il se trouvait à l'emplacement de l'actuel Hôpital Saint-André, créé en 1829. Le fait que notre ancêtre Jean FLOUS  74 y soit décédé montre la grande pauvreté dans laquelle vivait la famille.

Après la mort de son mari, le 17 janvier 1847, Catherine RICHEBON  75 demande à son notaire de Listrac Me Louis BONNET de procéder à un partage anticipé de ses biens entre ses 4 enfants. Elle décèdera le 2 avril 1868 dans sa maison de Cantegric.

 

C'est ainsi que Catherine FLOUS  37  épousera Pierre ROSSIGNOL 36 , le 11 septembre 1846, à Listrac.

 

 

N.B. Une nouvelle fois, merci à Paulette SEGUIN pour certains de ces renseignements.

*1 Source : "Listrac en Médoc dans le cours de l'histoire - Economie et société au XVIIIe siècle" de Marc Vignau, édité chez l'auteur.

 

Suite de l'histoire : vers        Catherine FLOUS